Grenoble : "Vidéos vraies ou pas, ça méritait que la police s'y intéresse", le ministre de l'Intérieur réagit

Publié le Mis à jour le
Écrit par Victor Lengronne .

Sur le plateau de Télématin, mercredi 2 septembre, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est revenu sur les vidéos tournées au quartier Mistral à Grenoble la semaine dernière, montrant des hommes cagoulés et armés. Il s'est réjoui des dernières opérations de police.

Gérald Darmanin persiste et signe. Invité sur le plateau de Télématin, mercredi 2 septembre, le ministre de l'Intérieur est revenu sur les vidéos polémiques du quartier Mistral à Grenoble, au lendemain de la révélation d'un clip d'un rappeur grenoblois dans cette même cité.



"D'abord, on n'en est pas sûr. Le procureur de la République s'est exprimé il y a quelques jours pour crédibiliser le fait que c'était manifestement une démonstration", a t-il répondu à Caroline Roux ce matin.

 



L'ancien ministre de l'Action et des comptes publics ne regrette pas d'avoir commandé ces interventions de police, au contraire. 

 

"Quand j'ai demandé des opérations de police au préfet de l'Isère, nous nous sommes aperçus au bout de trois opérations qu'il y a eu une saisie de 10 kg de drogue dans les quartiers avoisinants. Vidéo vraies ou pas vidéo vraies, ça méritait sans doute que la police s'y intéresse."

Gérald Darmanin



La préfecture de Grenoble a annoncé lundi avoir "amplifié" ses contrôles dans le quartier : 14 interpellations, 5 placements en garde à vue, "de fortes sommes d'argent en espèces à proximité des lieux de trafic", et 10 kg de drogue saisis. 



Le ministre de l'Intérieur a invité le maire de Grenoble, Eric Piolle, place Beauveau, à la mi-septembre, pour évoquer ces sujets. Ce dernier dénonce "la stigmatisation" effectuée par Darmanin sur Grenoble et ce quartier et entend porter "la voix des quartiers populaires".





 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité