• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Opération de démoustication près de Grenoble après un cas de dengue, toutes les femelles moustiques éliminées

Un agent lors d'une opération de démoustication - Photo d'illustration / © EID.
Un agent lors d'une opération de démoustication - Photo d'illustration / © EID.

Une opération de démoustication a eu lieu dans la nuit du 13 au 14 août 2019 dans un quartier de Seyssinet-Pariset près de Grenoble. Un cas de dengue avait été signalé sur la commune. Il s'agissait d'éliminer les insectes capables de propager la maladie.
 

Par Yann Gonon

Tuer les moustiques tigres capables de propager la maladie tropicale. C'était l'objectif de l'opération menée près de Grenoble dans la nuit du 13 au 14 août 2019. Un cas de dengue avait été signalé à Seyssinet-Pariset.
 

"Tout s'est bien passé". Après une toute petite nuit, le directeur de l'EID (l'Entente inter-départementale pour la démoustication) Rhône-Alpes affiche sa satisfaction. Avec trois autres agents, Rémi Foussadier était sur le terrain entre 3h et 3h30 dans ce quartier de Seyssinet-Pariset où réside la personne contaminée par la dengue lors d'un séjour en Outre-mer.

Vers 3 heures, masque respiratoire sur le visage et combinaison spéciale sur le dos, les agents de l'EID sont donc arrivés avec leur insecticide dans la résidence située rue Georges Maeder. Pendant 17 minutes, ils ont pulvérisé leur produit, de l'Aqua K-Othrine, à une hauteur de 3 à 4 mètres pour ne laisser aucune chance aux insectes.

Le périmètre traité est assez limité, seulement 150 mètres, parce que "le moustique tigre ne se déplace pas beaucoup" explique Rémi Foussadier. L'objectif était d'éliminer les moustiques femelles adultes. "Ce sont les seules qui piquent car elles ont besoin de sang pour se nourrir et pour pondre".

L'opération semble donc s'être déroulée comme prévu. Les habitants avaient été prévenus et invités à ne pas sortir au moment de la projection du produit.

Concernant l'efficacité du traitement, un contrôle a été effectué tôt ce mercredi matin. Aucun moustique adulte n'a été retrouvé. Une dernière vérification aura lieu sur le terrain ce vendredi. Si des moustiques naissent entre temps, aucune chance pour qu'ils transmettent la dengue car "il faudrait qu'ils piquent la personne malade, or celle-ci n'est plus contagieuse depuis le 9 août dernier" précise le directeur de l'EID.

Les opérations de démoustication comme celle-ci ne sont pas très fréquentes. Sur l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes, c'est la 5e fois depuis début mai. L'an passé, les équipes de l'EID n'étaient intervenues qu'à trois reprises et à chaque fois pour empêcher la propagation de la dengue.

 

Sur le même sujet

PORTRAIT. A Clermont-Ferrand, la photo animalière pour passion

Les + Lus