Tournoi des six nations femmes : les Bleues affrontent le pays de Galles à Grenoble, ultime test avant le "Crunch"

Les Françaises affronteront les Galloises ce dimanche à Grenoble pour la 4e journée du Tournoi des six nations féminin. Confiantes, les Bleues espèrent retrouver les Anglaises, quadruples tenantes du titre, en finale.

Le XV de France féminin en quête de son premier Grand Chelem depuis 2018. Les Bleues doivent battre les Galloises, dimanche 23 avril à Grenoble, pour continuer de rêver jusqu'à l'ultime choc face aux Anglaises, quadruples tenantes du titre. La finale du Tournoi se tiendra le 29 avril à Twickenham.

Les Françaises, après trois victoires face à l'Italie (22-12), l'Irlande (53-3) et l'Écosse (55-0), sont deuxièmes au classement derrière les redoutables "Red Roses", dont les quatre derniers titres dans le Six Nations ont été assortis du Grand Chelem. Et jusqu'à présent, elles écrasent de leur puissance cette édition 2023 avec trois victoires bonifiées.

Pour s'offrir une belle finale contre l'Angleterre, il faudra d'abord faire un gros match contre les Galloises, qui ont fait un très bon début de Tournoi.

Marine Ménager, centre du XV de France féminin

à l'AFP

Si France et Angleterre poursuivent ce week-end leur parcours parfait, on aura bien droit à un "Crunch" de très haut niveau au stade de Twickenham, où plus de 50 000 personnes sont attendues. Un record mondial pour un match féminin de rugby.

Mais attention, estime la centre Marine Ménager, "pour s'offrir une belle finale contre l'Angleterre, il faudra d'abord faire un gros match contre les Galloises, qui ont fait un très bon début de Tournoi" avec deux victoires probantes contre l'Irlande (31-5) puis en Écosse (34-22), avant une lourde défaite face à l'Angleterre (59-3).

"Un tout autre registre"

Pour cela, le groupe compte sur ses points forts : la défense, qui a permis aux Françaises de n'encaisser que quinze points en trois matches, et la mêlée, un secteur dans lequel les Bleues sont ultra-dominantes (88 % de réussite) depuis le début de la compétition. Deux enjeux primordiaux fixés par le duo d'entraîneurs formé par Gaëlle Mignot et David Ortiz. 

Le pays de Galles "sera un tout autre registre que nos matches précédents, affirme Marine Ménager. C'est un autre style de jeu, ça joue un peu moins vite mais c'est beaucoup plus dense". Effectivement, "les Galloises ont un pack bien plus lourd que nous", qui affiche un 100 % en termes de mauls, souligne la pilier Assia Khalfaoui, pour qui, niveau défense, "tout n'est pas parfait encore". De même que "dans le jeu au sol, un point sur lequel il faut qu'on travaille", ajoute la deuxième ligne Manaé Feleu.

Mais les Bleues sont confiantes, à l'image de Khalfaoui : "On y va crescendo et on commence réellement à trouver des automatismes". Et à Grenoble, les Françaises retrouveront dimanche une pelouse qui leur réussit : elles y avaient dominé l'Italie (39-6) lors de leur dernier passage en mars 2022. Le match se jouera dès 16h15 à guichet fermé.