VIDEO. Les Petits Frères des Pauvres à Grenoble : "on accompagne les gens jusqu'au bout"

Publié le
Écrit par AH

A Grenoble, l'association des Petits Frères des Pauvres accompagne plus d'une centaine de personnes âgées isolées. Les bénévoles organisent des visites à domicile, sorties, vacances... pour offrir à nos aînés - et notamment aux plus démunis - des moments de joie et de partage jusqu'au bout de la vie.

Depuis plus de 70 ans,  les Petits Frères des Pauvres accompagnent les personnes âgées seules et démunies. A Grenoble, plus d'une centaine sont suivies par autant de bénévoles qui font tout leur possible pour briser l'isolement de nos aînés et leur apporter une nouvelle dynamique de vie.

Chaque rencontre est une histoire particulière

La plupart des personnes accompagnées par les Petits Frères des Pauvres ont été signalées par les services sociaux ou infirmières. Ce sont des personnes âgées d'au moins 50 ans, éloignées des cercles familiaux et amicaux, et avec peu de revenus. 

Lors d'une première visite, l'association fait le point avec ces personnes isolées sur leurs souhaits (visites à domicile, sorties,...) puis vient la rencontre avec un bénévole. "Si le contact ne passe pas bien, on peut changer de bénévole" explique Mamah Gassama, au sein de l'association depuis bientôt 2 ans. Cette jeune maman en congé parental n'a pas choisi les Petits Frères par hasard : "je suis aide-soignante de base et c'est dans la continuité de mon métier. Ce qui change, c'est que je ne fais pas les soins. Je fais juste une visite de courtoisie" explique-t-elle dans un sourire.

L'association offre une certaine liberté aux bénévoles qui s'organisent directement avec la personne qu'ils accompagnent. C'est ce qu'apprécie Gilles Du Chaffaud, retraité et bénévole depuis 5 ans au sein de l'association. Car il n'y a pas que les visites à domicile, il y a aussi le goûter chaque vendredi au local de l'association avenue Marcelin Berthelot à Grenoble, le repas mensuel au restaurant, les sorties à la journée au château de Vizille ou au petit train de La Mure et les séjours de vacances. "On a en France une dizaine de maisons gérées par les Petits Frères qui sont souvent des dons de personnes qui ont légué ça aux Petits Frères. Elles servent quelques fois de maisons de retraite mais aussi de maisons de vacances" , explique Gilles.

Georges, 82 ans, est déjà parti à plusieurs reprises et il repartira encore avec plaisir cet été. Chez lui, il conserve précieusement les albums photos de ses différents séjours, et prend plaisir à les consulter de temps en temps pour se remémorer les bons moments passés.

Un accompagnement "jusqu'au bout"

Le bénévole est volatile. Mais l’association doit réussir à garder ses bénévoles dans le temps "parce qu’on accompagne l’humain explique Laurence Fils, bénévole depuis 3 ans, et on ne peut pas présenter un nouveau bénévole aux personnes âgées tous les 15 jours"

L’association accompagne les gens jusqu’au bout, jusqu'à la fin de vie. "Même lors des obsèques, précise Laurence, et il y a aussi des équipes au sein de l’association qui accompagnent les gens en soins palliatifs."     

Et ce n'est pas toujours facile. Americo Ferreira le confirme, il a accompagné Eugène atteint de la maladie de Parkinson pendant 6 ans. "J'ai vu sa maladie évoluer, c'était pas rigolo du tout [...] C'est comme si j'avais perdu un de mes parents" se souvient Americo. Il était si malheureux qu'il a même boudé l'association pendant 2 ou 3 mois et puis... il est revenu. "On s'y habitue et ils me manquaient", confie-t-il.

L'isolement social existe à tous les âges mais il est massif chez les plus âgés et les plus démunis. La crise sanitaire et les confinements ont accentué cette solitude. Selon le baromètre 2021 Solitude et isolement – PFP/CSA Research, 2 millions de personnes âgées sont isolées des cercles familiaux et amicaux. Un chiffre qui a plus que doublé en 4 ans.