Viol d'une étudiante après un match de rugby : le procès des cinq ex-joueurs du FC Grenoble pourrait être reporté

Cinq anciens joueurs du FCG, le club de rugby de Grenoble, doivent être jugés à partir de lundi devant les assises de la Gironde pour viol ou non-empêchement de crime. Mais le procès pourrait être reporté en raison de l'absence d'un des accusés, l'Irlandais Denis Coulson, hospitalisé à la suite d'un grave accident de la route le 12 juin à Dublin.

L'affaire avait ébranlé le monde du rugby. La cour d'assises de la Gironde doit juger à partir de ce lundi 17 juin cinq anciens joueurs du FC Grenoble, dont trois pour viol en réunion sur une étudiante, lors d'une soirée après un match à Bordeaux en 2017.

Mais le procès pourrait être reporté en raison de l'absence d'un des accusés, l'Irlandais Denis Coulson qui a été victime d'un grave accident de la route mercredi 12 juin à Dublin, selon une première information du quotidien L'Équipe.

L'audience qui devait durer deux semaines, semble donc compromise comme l'ont confirmé les avocats de la défense et de la partie civile ainsi que le parquet général de la cour d'appel de Bordeaux à France Bleu Isère. Selon nos confrères, l'ancien pilier grenoblois a dû subir une intervention chirurgicale et bénéficie d'une ITT de 6 semaines. Sept ans après les faits, les juges devraient donc prononcer ce lundi le renvoi du procès à une date ultérieure.

Cinq ex-joueurs de Grenoble accusés

Les accusés sont cinq ex-joueurs de Grenoble : l'Irlandais Denis Coulson, 30 ans, le Néo-Zélandais Rory Grice, 34 ans, et le Français Loïck Jammes, 29 ans, sont accusés de l'avoir violée. L'Irlandais Chris Farrell, 31 ans, et le Néo-Zélandais Dylan Hayes, 30 ans, comparaissent pour non-empêchement de crime.

Le 11 mars 2017, quelques mois avant l'éclatement du mouvement #MeToo de l'autre côté de l'Atlantique, V. et deux amies font la connaissance des cinq hommes dans un bar de Bordeaux, où les joueurs grenoblois avaient disputé le jour-même un match de Top 14. La soirée se poursuit dans une discothèque.

Mojitos et Vodka-Red Bull coulent à flots. Vers 4 heures du matin, V. repart en taxi avec Denis Coulson en direction de l'hôtel des joueurs mais affirme ne plus se souvenir de rien à partir du départ de la boîte de nuit.

D'après un expert toxicologique, elle aurait eu entre 2,2 et 3 grammes d'alcool par litre de sang à ce moment-là. Sur des images de vidéosurveillance à son arrivée à l'hôtel, elle tient difficilement debout et est soutenue par Denis Coulson qui semble l'empêcher à deux reprises de retourner dans le taxi.

Vers 7 heures du matin, la jeune femme dit reprendre ses esprits, nue sur un lit, avec une béquille dans le vagin, entourée de deux hommes nus et d'autres habillés.

Le consentement au coeur du dossier

Dans ce dossier où la question du consentement est centrale, les accusés assurent que rien n'a eu lieu sous contrainte, mais l'avocate de la jeune femme questionne cette notion dans un contexte fortement alcoolisé.

"Qu'est-ce que le consentement ? À partir de quand est-il atténué, voire totalement aboli ?", s'interroge Me Anne Cadiot-Feidt, l'une des quatre conseils de la victime, V., aujourd'hui âgée de 27 ans. Cette dernière, fraîchement diplômée, souhaite garder l'anonymat, "notamment pour protéger son corps de métier" et mener une vie personnelle loin de toute médiatisation, explique sa défense.

Se basant sur les auditions des mis en cause, de témoins et d'une vidéo tournée par Denis Coulson pendant un acte sexuel, les enquêteurs évoquent notamment plusieurs fellations, ainsi que l'introduction d'une banane, d'une bouteille et de béquilles dans le vagin de la jeune femme.

Coulson, Jammes et Grice ont reconnu avoir eu des relations sexuelles avec V. mais assurent qu'elle était consentante et avait même pris des initiatives dans cette chambre d'hôtel à Mérignac près de Bordeaux. Farrell, à qui appartenaient les béquilles, était présent dans la chambre pendant les faits et Hayes a assisté à la scène.

"Le procès de l'alcool"

Pour l'avocat de Loïck Jammes, Me Denis Dreyfus, les débats vont tourner autour de la notion de consentement et de sa difficulté dans un contexte "d'alcoolisation générale". "Ce qui est certain, c'est que c'est un malheur pour les uns et les autres", affirme-t-il.

"Ce n'est pas le procès de rugbymen violeurs, c'est le procès de l'alcool", insiste Me Corinne Dreyfus-Schmidt, avocate de Denis Coulson, qui déplore un "climat", lié à #MeToo, qui "n'est pas propice à la compréhension". "Tous ces jeunes qui picolent à s'en mettre dans des états pas possibles, voilà la problématique de ce dossier", dit-elle.

Me Cadiot-Feidt, elle, s'insurge contre un "niveau de tolérance important" vis-à-vis de ces affaires-là, notamment de la part des supporters et de certains clubs de rugby "qui ont pourtant des chartes très claires". "Pour beaucoup encore, la femme n'a qu'à pas sortir, elle n'a qu'à pas boire, elle n'a qu'à pas se mettre dans cette situation-là", dénonce-t-elle.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité