Isère : psychose à Jarrie après des rumeurs sur une potentielle tentative d'enlèvement

Les gendarmes ont reçu de nombreux appels de parents d'élèves inquiets après que la Ville de Jarrie a publié un message pour signaler une potentielle tentative d'enlèvement ce vendredi. Or, rien ne permet d'établir que ces faits se sont réellement déroulés.
La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans la petite commune de Jarrie, située au sud de Grenoble. Un message publié vendredi 27 septembre sur le compte Facebook de la mairie a créé une petite psychose chez les parents d'élève du collège où "un individu (...) aurait abordé des adolescents". La municipalité demandait aux parents "de faire preuve d'une extrême vigilance pour vos enfants et de signaler tout agissement suspect à la gendarmerie".

Le groupe de collégiens, victimes présumées de cette tentative d'enlèvement, a été entendu par les gendarmes pour signaler ces faits... mais leur récit diverge grandement. "Rien ne permet d'établir qu'il y ait eu une tentative d'enlèvement, relève un gradé de la brigade de La Mûre. Les adolescents interrogés ont évoqué un homme dans la voiture, d'autres une femme, certains parlent d'un véhicule gris, blanc, de marques différentes..."

Bref, rien ne concorde. Aucune plainte n'a été déposée par les victimes présumées, donc pas d'enquête officielle ouverte du côté de la gendarmerie. "On a prévenu la mairie parce-qu'on a reçu beaucoup d'appels de parents d'élèves inquiets", poursuit le gendarme. La Ville a donc publié un second post Facebook pour apaiser les esprits, précisant que "à l'heure actuelle aucun élément concordant et probant ne permet d'établir qu'un individu suspect n'accoste les élèves du collège".
 
Par sécurité, les patrouilles ont été renforcées autour de l'établissement aux heures de sortie des élèves, le midi et le soir. Les autorités rappellent qu'il vaut mieux "rester vigilants tout au long de l'année" mais que rien ne justifie de s'alarmer plus qu'à l'accoutumée en ce moment.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fact-checking économie médias faits divers justice société