Mila : "Je [m'attaque] à cette conception extrémiste de la religion et non pas à tous les croyants"

Après avoir posté une vidéo sur Tik Tok, l'adolescente iséroise est la cible de nouvelles menaces. Dans un communiqué publié lundi sur son compte Twitter, elle est revenue sur les faits et a annoncé que, désormais, elle se fera plus discrète sur les réseaux sociaux. 
Capture d'écran de l'émission Quotidien où était reçue Mila le 3 février 2020.
Capture d'écran de l'émission Quotidien où était reçue Mila le 3 février 2020. © Capture d'écran Quotidien
"Ce samedi 14 novembre, une jeune fille connue et très active sur la plate-forme Tik Tok a décidé de s'attaquer gratuitement à moi en jetant en pâture mon nom et les profils que j'utilise sur les réseaux sociaux. S'en est suivie alors, une immense vague de harcèlement. [...] J'ai donc tourné une vidéo [...]. J'ai conclu que je ne renoncerai jamais à ma liberté d'expression [sic]. " Dans un communiqué publié lundi 16 novembre sur son compte Twitter, Mila s'est expliquée sur la publication d'une nouvelle vidéo, depuis supprimée, dans laquelle elle répond à ses détracteurs. "Surveillez votre pote Allah, s'il vous plaît. Parce que mes doigts dans son trou du cul, je les ai toujours pas sortis", y avait-t-elle lancé.

Depuis, l'adolescente iséroise fait de nouveau l'objet de cyberharcèlement et de menaces de mort. Dimanche, son nom figurait en tête des tendances sur Twitter. La procureure de la République a annoncé, le 15 novembre, l'ouverture d'une enquête par le parquet de Vienne
 
La jeune fille avait déjà été inquiétée en janvier après avoir posté une vidéo dans laquelle elle estimait que "le Coran est une religion de haine" et disait "(détester) les religions". Une première enquête avait alors été ouverte et trois adolescents mis en examen, notamment pour "harcèlement électronique" et "vol de données informatiques". 


"Je n'ai rien contre les musulmans"

Dans son texte publié lundi, Mila assure répondre "avec humour et pacifisme à des offensives d'une violence inouïe" et se sentir "impuissante et surtout en insécurité". "Je tiens à rappeler que je n'ai rien contre les musulmans, continue-t-elle. Je réponds tout simplement à ceux qui veulent nous soumettre à un diktat. Et je réponds en m'attaquant à une conception extrémiste de la religion et non pas à tous les croyants."

La jeune Iséroise conclut son communiqué en assurant qu'elle se fera désormais plus discrète sur les réseaux sociaux, "dans la mesure du raisonnable".

Pour son avocat, Me Richard Malka, "la peur doit changer de camp". "Sa vie a basculé, elle a 17 ans, elle vit comme les gens de Charlie Hebdo maintenant, bunkerisée, c'est insupportable, déplore-t-il. [...] Même quand on écrit une ligne sur Twitter, on peut finir en prison et sa vie peut basculer. Et ça, il faut qu'on le sache."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société justice réseaux sociaux religion