Mondiaux de biathlon : le relais masculin français décroche la médaille de bronze dans une fin de course haletante

Longtemps resté hors course, le relais masculin français a décroché la médaille de bronze lors des mondiaux de biathlon de Nove Mesto en République Tchèque. Une troisième place arrachée derrière la Suède et la Norvège.

Le suspens aura duré jusqu'à la ligne d'arrivée de Nove Mesto. Après le sacre des femmes sur le relais, l'équipe de France masculine a décroché une médaille de bronze, presque inespérée après les deux premiers relais. 

Malgré trois tours de pénalité, Emilien Jacquelin et Quentin Fillon-Maillet sont parvenus à rester dans la course et à terminer 3e de ces Mondiaux derrière la Suède (+ 12,8 secondes) et la Norvège (+ 1 seconde).

Un premier tour de pénalité pour Eric Perrot

L'équipe de France a fait confiance à Eric Perrot pour lancer ce relais 4 fois 7,5 kilomètres. Le biathlète de Bourg-Saint-Maurice a entamé son tir couché par une erreur qu'il est parvenu à effacer avec sa troisième balle de pioche. Le licencié de Peisez-Vallandry a perdu du terrain et est ressorti avec 23 secondes de retard sur Justus Strelow.

De retour sur le pas de tir, l'Allemand a poursuivi son sans faute, pendant qu'Eric Perrot a dû parcourir 150 mètres supplémentaires sur l'anneau de pénalité après deux erreurs commises et seulement une blanchie par une pioche. Le Savoyard a transmis le témoin à Fabien Claude avec 30 secondes de retard à combler sur la tête de course.

Fabien Claude a pêché à son tour au tir

Malgré un bon rythme sur les skis, Fabien Claude a commis deux erreurs sur le pas de tir et n'est pas parvenu à les combler avec ses pioches. Le Vosgien a été contraint d'effectuer deux tours de pénalité entraînant un retard d'une minute et dix secondes sur le second relayeur allemand Johannes Kuehn.

Fabien Claude a tenté de relancer le relais masculin avec un 5 sur 5 sur son tir debout. Le Vosgien pointait à la 12e place et à 50 secondes de retard à la sortie du pas de tir. Sur les skis, le biathlète n'a pas réussi à reprendre du temps et a laissé l'équipe de France avec un retard de 56 secondes à la mi-course.

"C'est compliqué. Sur le couché, on pioche et cela ne tombe pas. C'est dur. On est encore dans le coup pour une médaille. Il faut y croire et essayer de s'accrocher. Nous verrons à la fin." confiait le second relayeur français après son passage, au micro de la chaîne l'Equipe.

Emilien Jacquelin a maintenu l'espoir

Emilien Jacquelin échappe à l'anneau de pénalité mais a commis une erreur qu'il est parvenu à combler par une balle de pioche. Le troisième relayeur tricolore a ainsi conservé le même écart avec la Norvège, bien loin devant, mais n'est pas arrivé à raccrocher le wagon allemand.

Le biahtlète de Villard-de-Lans n'a pas réussi à décrocher le 5 sur 5 sur son tir debout. Parti à la faute à deux reprises, Emilien Jacquelin a perdu encore quelques secondes malgré la précision de ses balles de pioche. L'Isérois a laissé partir Quentin Fillon-Maillet avec l'espoir d'un podium et douze secondes de retard sur le troisième, l'Allemand Philip Nawrath.

"Le relais peut mal débuter, mal terminer, être moyen au milieu. On essaye tous de donner le meilleur. Même après les tours de pénalité, rien n'est terminé." expliquait l'Isérois, auteur du meilleur temps de ski, au micro de la chaîne l'Equipe.

Quentin Fillon-Maillet s'est arraché pour décrocher le bronze

Dès son arrivée sur le pas de tir, Quentin Fillon-Maillet n'a pas voulu baisser les bras. Un carton plein sur le tir couché et le Français a récupéré la troisième place au coude à coude avec l'Allemand Benedikt Doll. Le tricolore est ressorti à seulement une douzaine de secondes de la deuxième place du Suédois Sebastian Samuelson.

Le podium devait donc se dessiner sur le huitième et dernier tir de ce relais. Finalement, c'est Vetle Sjaastad Christiansen, qui a bien failli tout perdre. Auteur de trois erreurs, le Norvégien a été contraint de réaliser trois tours de pénalité. La Suède a su en profiter en faisant le plein et en s'envolant ainsi vers la médaille d'or.

Malgré une erreur au tir debout, Quentin Fillon-Maillet s'est échappé et a laissé l'Allemagne sur le pas de tir. Les derniers kilomètres ont été un rude combat sur les skis contre la Norvège ressortie de l'anneau de pénalité au même niveau que la France. Le Jurassien n'a finalement pas tenu la distance et s'est incliné au sprint décrochant tout de même une médaille de bronze au mérite.

"Quand je prends le relais, je ne sais pas dans quelle position je pars. J'ai donné un maximum sur les deux premiers tours et le couché. [...] Cela a joué à notre avantage en fin de course. Mais avec une course plus aboutie collectivement, on aurait pu aller chercher la médaille d'or." a réagi Quentin Fillon-Maillet au micro de la chaîne l'Equipe.

Les championnats du monde de Nove Mesto vont se conclure ce dimanche 18 février en République Tchèque. Deux courses sont au programme avec les mass-start féminine à 14h15 suivi de la mass-start masculine à 16h30.