Nordahl Lelandais a quitté le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, "un soulagement pour tout le personnel de la prison"

Il y était incarcéré depuis 5 ans. Condamné à la perpétuité pour le meurtre de Maëlys de Araujo et à 20 ans pour celui d’Arthur Noyer, Nordahl Lelandais vient de quitter la prison de Saint-Quentin-Fallavier en Isère pour rejoindre le centre national d’évaluation d’Aix-Luynes dans les Bouches-du-Rhône.

Nordahl Lelandais a quitté jeudi 2 juin la prison de Saint-Quentin-Fallavier en Isère pour rejoindre le centre national d’évaluation d'Aix-Luynes dans les Bouches-du-Rhône en vue de son placement en détention dans un lieu adapté aux longues peines.

Un transfèrement sans dispositif de sécurité particulier

Condamné à la prison à  perpétuité, le meurtrier de la petite Maëlys de Araujo et du Caporal Arthur Noyer est parti tôt jeudi matin avec deux autres détenus, sans escorte, dans un simple fourgon cellulaire a précisé à France 3 Alpes le secrétaire général du syndicat UFAP du centre pénitentiaire. Alain Chevallier se dit étonné de la légèreté du dispositif de sécurité déployé par l’administration. "Il y a une totale disproportion entre ce que l’on a connu ces dernières années autour de Lelandais, notamment au moment de ses procès, et ce que l’on a observé hier", estime ce représentant syndical.

Ce transfert est un soulagement pour le personnel.

Alain Chevallier, secrétaire général syndicat UFAP

Pour Alain Chevallier, le départ de Nordahl Lelandais est néanmoins une bonne nouvelle. "De part la personnalité de ce détenu et la pression médiatique qui a entouré sa détention, ce transfert est un soulagement pour tout le personnel de Saint-Quentin-Fallavier. Les surveillants étaient constamment mobilisés pour accompagner Lelandais dans son quotidien à la prison", explique Alain Chevallier.

Une détention émaillée d’incidents

À plusieurs reprises, ces dernières années, la détention de Nordahl Lelandais à Saint-Quentin-Fallavier avait aussi mis en lumière des dysfonctionnements de l’administration pénitentiaire. 

Téléphones en cellule, unité de vie familiale accordée à tort, rapports sexuels au parloir... Depuis son incarcération en 2017, les frasques à répétition du maître-chien n'ont cessé de défrayer la chronique.

Décider de l'établissement pénitentiaire le mieux adapté

L’ancien militaire devrait séjourner entre quatre et six semaines au centre national d’évaluation d’Aix-Luynes, afin de passer des tests pluridisciplinaires pour observer sa personnalité et évaluer sa dangerosité. L'objectif est de pouvoir décider d'une "affectation dans l'établissement pénitentiaire le mieux adapté à sa catégorie pénale, son âge, son état de santé, sa personnalité, sa dangerosité et ses efforts en matière de réinsertion sociale", comme l'indique une note du ministère relative au Centre national d’évaluation des personnes détenues

Au terme de ces tests d'évaluation, Nordahl Lelandais repassera peut-être brièvement à Saint-Quentin-Fallavier en Isère avant d'être incarcéré dans une maison centrale. Au nombre de 13 en France, ces établissements pénitentiaires accueillent les condamnés à de longues peines ainsi que les détenus les plus difficiles ou ceux dont on estime qu'ils ont peu de chances de réinsertion sociale.