PFAS : "L'industrie sait s'adapter", la députée écologiste Cyrielle Châtelain défend le projet de loi contre les polluants éternels

Un projet de loi, qui vise à réduire l'exposition aux PFAS dits "polluants éternels", doit être étudié cette semaine par l'Assemblée nationale. Pour la députée EELV Cyrielle Châtelain, cette proposition obligerait les industries à réduire ces polluants. Le groupe SEB a appelé à une manifestation mercredi à Paris.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La direction du groupe d'électroménager SEB, les syndicats et plusieurs centaines de salariés vont manifester, mercredi 3 avril, devant l'Assemblée nationale pour protester contre la proposition de loi écologiste qui vise à réduire l'exposition aux PFAS dits "polluants éternels", a annoncé la direction à l'AFP.

Le groupe indique ne pas utiliser de téflon dans ses revêtements antiadhésifs et affirme que les PFAS utilisés notamment dans la fabrication des célèbres poêles Tefal ne présentent pas de danger pour la santé.

Quasi-indestructibles, les substances per- et polyfluoroalkylées, ou PFAS, massivement utilisées dans l'industrie chimique, s'accumulent avec le temps dans l'air, le sol, les eaux des rivières, la nourriture et jusqu'au corps humain, d'où leur surnom de polluants "éternels".

"Ce sont des polluants éternels que l'on retrouve partout, dans les poëles, dans les habits... et qui ont des qualités très résistantes, très solides. C'est ce qui permet aux poëles de ne pas être adhésives, par exemple. C'est très utile sauf que, quand ils se retrouvent dans l'eau ou dans la terre, ils sont aussi très résistants et ne partent pas", a expliqué la députée de l'Isère, Cyrielle Châtelain, présidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale, lors de l'émission Dimanche en Politique de France 3 Alpes.

durée de la vidéo : 00h02mn25s
La députée EELV Cyrielle Châtelain s'exprime sur le projet de loi visant à réduire les PFAS. ©FTV

La proposition de loi est portée par le parti écologiste et a été votée par la commission développement durable ce mercredi. Elle sera débattue et soumise au vote des députés jeudi, le lendemain de la manifestation.

"Chantage à l'emploi"

Ce projet de loi vise à réduire l'exposition de la population aux PFAS en interdisant la fabrication et la vente de certains produits qui en contiennent. "Sur les polluants qui ont déjà été émis, la loi propose de faire des tests pour étudier la réalité de la présence des polluants, notamment dans l'eau. Elle propose aussi de travailler sur la dépollution de l'eau et des sols et qu'on fasse payer les industries qui ont rejeté ces polluants. C'est le principe du pollueur-payeur", précise Cyrielle Châtelain.

Le président du groupe français d'électroménager SEB, Thierry de la Tour d'Artaise, a estimé dimanche que "confondre des composants qui n'ont rien à voir entre eux aboutit à un non-sens", dans un entretien à La Tribune. Il a, par ailleurs, souligné que cette loi pourrait avoir des conséquences sur "3 000 emplois en France", avec deux sites de production à Rumilly (Haute-Savoie) et Tournus (Saône-et-Loire). "Les produits Tefal -comme tous ceux de SEB- ne contiennent pas de PFAS considérés comme nocifs pour la santé ou l'environnement par les autorités sanitaires", a-t-il ajouté.

La vérité, c'est que l'industrie sait s'adapter. C'est faisable. En Allemagne, l'agence sanitaire a trouvé 12 molécules qui peuvent remplacer les polluants éternels.

Cyrielle Châtelain, députée EELV.

Pour la députée iséroise, il s'agit d'un "chantage à l'emploi" : "On l'a tout le temps quand on a un texte qui arrive pour protéger la santé. Il faut rappeler les impacts des polluants éternels : ce sont des risques de cancer, des risques d'infertilité... Ce sont des choses extrêmement graves et nous y sommes exposés tous les jours."

"La vérité, c'est que l'industrie sait s'adapter. C'est faisable. En Allemagne, l'agence sanitaire a trouvé 12 molécules qui peuvent remplacer les polluants éternels. La meilleure manière de faire en sorte que ces industries mettent en œuvre ces solutions, c'est de leur mettre des objectifs et des contraintes", a-t-elle poursuivi.

600 manifestants attendus

Près de 600 personnes sont attendues à ce rassemblement, mercredi à 14 heures devant l'Assemblée nationale, pour faire pression sur les élus lors des questions au gouvernement. Des bus viendront de Lourdes (Hautes-Pyrénées), Selongey, Is-sur-Tille (Côte d'Or), Pont-Evèque (Isère), Rumilly (Haute-Savoie), Mayenne (Mayenne), Saint-Lô (Manche) et du siège d'Ecully (Rhône), selon la direction de SEB.

En décembre 2023, une étude avait été menée auprès de Cyrielle Châtelain et de plusieurs habitants de sa circonscription pour tester la présence de PFAS dans leur corps. 24 échantillons avaient alors été examinés. 70 % d'entre eux présentaient une substance récemment classée "cancérogène possible" par le Centre international de recherche sur le cancer : le sulfonate de perfluorooctane, ou PFOS.