Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes, invité de Dimanche en Politique : ce qu'il faut retenir

Dimanche 8 novembre 2020, "Dimanche en politique", le magazine politique de France 3, recevait Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes. Il répondait aux questions de Paul Satis.
Laurent Wauquiez, invité de Dimanche en Politique - 8 NOVEMBRE 2020
Laurent Wauquiez, invité de Dimanche en Politique - 8 NOVEMBRE 2020 © France tv
Crise sanitaire Covid et conséquences économiques, sécurité, transports et politique... ce qu'il faut retenir des différents thèmes abordés avec Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce dimanche 8 novembre sur le plateau de Dimanche en Politique. Une émission présentée par Paul Satis. 
 

►Le code (vestimentaire) a changé...

Exit la parka rouge, emblématique du style Wauquiez. Ce changement vestimentaire en 2020 est-il le synonyme d'un changement de style politique ? L'image amuse le président de région. La réponse, entre justification et amende honorable : "On apprend à travers la vie, on apprend à travers les échecs, les réussites... J'espère qu'on essaie aussi de devenir parfois plus sage. Ça ne veut pas dire qu'on renonce à ses convictions. Les valeurs que je défends, je n'y renonce pas. Mais j'essaie aussi d'apprendre des moments où je n'ai pas su convaincre, où parfois j'ai été critiqué, caricaturé..." "... et caricatural aussi parfois," convient le président de Région. Et d'ajouter : "Tu verras, tu apprends plus de tes échecs que de tes réussites me disait ma grand-mère. Aujourd'hui, je comprends ce qu'elle voulait dire."

►Quel regard sur l'élection présidentielle à venir ? 

L'élection présidentielle est encore loin, elle aura lieu dans 17 mois mais elle est dans beaucoup d'esprits, notamment dans la famille politique de Laurent Wauquiez. Le président de région est-il intéressé par le scrutin présidentiel ? Pour Laurent Wauquiez, qui indique ne s'être jamais exprimé sur la question, la crise sanitaire et ses conséquences passent avant tout. "On est dans une crise absolument majeure, notre région est l'une des plus touchée par le Covid en ce moment (...) J'entends beaucoup de personnes parler en ce moment d'élections, de calendrier politicien, de Présidentielle... Je trouve que ce n'est pas digne et ce n'est pas mon sujet!" Et le président de région précise : "J'ai pris la décision au lendemain des élections européennes de ne me consacrer qu'à une seule chose notre région (...). On a une région qui a besoin de moi, je suis là pour protéger notre territoire!"

►Fin de mandat en mars 2021... quid des prochaines élections régionales ?

Les prochaines élections régionales sont normalement prévues en mars 2021 mais le scrutin pourrait être décalé à juin en raison de la crise, voire peut-être au moment de la Présidentielle. Que souhaite Laurent Wauquiez ? "Je souhaite que le gouvernement décide une bonne fois pour toute, que le sujet soit tranché, qu'on sache quand l'élection se tient. Je n'ai pas envie de perdre du temps à parler de cela".
Laurent Wauquiez est-il candidat à sa succession ? Réponse viendra "en temps et heure" explique Laurent Wauquiez. La priorité est ailleurs martèle le président de région : "Pour l'instant on est 100% dédié au Covid 100%, dévolus à protéger nos emplois. On est 100% sur les questions de sécurité." 

►TER et transports ferroviaire : les priorités

Lenteur des TER, durée des trajets en train, problèmes de liaisons ferroviaires et de jonctions entre les différentes villes de la région, absence de liaison ferroviaire rapide entre Clermont et Paris... 
"Est-ce que je suis satisfait de ce que fait la SNCF ? Non !" affirme Laurent Wauquiez qui indique "s'employer à mettre une pression maximale pour que les choses s'améliorent". Premier défi : "avoir des trains plus ponctuels" Exemple :"la ponctualité dans la région s'est améliorée de 30%, indépendamment de la période du Covid". Mais le président de région se dit encore "insatisfait" car "on est en dessous de 90% de trains à l'heure". Les efforts vont donc porter sur la ponctualité mais aussi le confort et la sécurité des trains, indique-t-il "Deuxième défi, il faut que l'on ait de la sécurité dans nos trains et dans les gares." Enfin, troisième priorité en matière de transport ferroviaire : Laurent Wauquiez entend miser sur l'investissement "pour sauver nos lignes". Et d'ajouter : "je ne veux pas qu'on ferme les lignes en zones rurales".

Laurent Wauquiez va-t-il soutenir le projet de "RER métropolitain" cadencé entre Lyon et Saint-Etienne, alternative à la voiture ? (Question de Jean-François Debat) - "On a lancé deux très grands projets. Le premier: remettre le train sur la rive droite (du Rhône) en Ardèche, un projet d'espoir pour l'Ardèche (...). Le deuxième : faire une jonction en étendant le tramway en direction de Givors, et qui permette de faire une liaison sur tout l'ouest lyonnais". 

► Sécurité : une mission de la Région ?

© France TV

"La vidéosurveillance, la vidéo-protection, le fait d'équiper notre police municipale, c'est indispensable," indique Laurent Wauquiez qui souligne que le responsable de l'attentat de Nice a été arrêté par la police municipale et "détecté très vite grâce au système de vidéosurveillance". En octobre dernier, la Région a signé un pacte avec les maires. Objectif : aider financièrement des communes à s'équiper en vidéosurveillance ou à équiper leur police municipale...
La sécurité est-elle une mission de la région ? Réponse de Laurent Wauquiez: "Les mairies ont besoin d'aide" mais le président de région évoque deux types de "comportements": "Il a des maires - et je ne comprends pas ce comportement - qui ne s'occupent pas sérieusement des questions de sécurité et qui continuent à les sous-estimer. J'ai tendu la main aux majorités d'extrême gauche et Vert à Grenoble et de Lyon pour qu'on travaille ensemble sur ces questions. Et ils ne veulent pas prendre ce sujet. Je pense qu'ils ont tort. " Lyon vient pourtant d'obtenir le renfort de 300 policiers.   

"Tous les maires qui s'occupent de sécurité auront la Région à leurs côtés," prévient Laurent Wauquiez. Ce dernier rappelle qu'il s'est rendu à Bron pour soutenir le maire, Jérémy Bréaud, menacé de mort. "Il a besoin d'équiper ses caméras, la moitié sont hors-circuit. On va l'aider et le financer avec 300 000 euros débloqués en urgence (...) Il a décidé d'embaucher et d'augmente de 70% ses effectifs (de police municipale), on va l'aider et l'accompagner."

Sur la question de la compétence en matière de sécurité : "Refuser que l'insécurité s'installe dans notre région, c'est notre compétence à tous, de chacun d'en nous. On peut y arriver," martèle Laurent Wauquiez. 
 

►Crise sanitaire : Auvergne Rhône-Alpes, région la plus touchée

Sentiment d'impuissance face à cette deuxième vague Covid plus forte que la première ? "Il ne peut pas y avoir de place pour l'impuissance," assène Laurent Wauquiez. Sur la question du confinement : "lors du premier confinement, je me suis fixé une ligne : aucune polémique".

Exemple de mesures qui seront prises: en concertation avec l'ARS, Laurent Wauquiez entend "mobiliser les élèves infirmiers, dont la région s'occupe; en échange d'un financement, qu'ils puissent venir en renfort dans les hôpitaux, cliniques et maisons de retraite... ça se fait en partie chez nous, mais je veux que ce soit généralisé."

Le président de Région se dit aujourd'hui "très inquiet de la situation dans les lycées". "J'ai décidé que la région allait investir massivement dans des outils pour purifier l'air et on va commencer par les installer dans nos lycées et plus particulièrement dans les cantines". 

"Je pense qu'aujourd'hui, il faut faire fonctionner les lycées en moitié d'effectifs pour faire respecter les distances pour éviter la circulation du Covid". 
  

Revoir l'émission

Dimanche en politique avec Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes
Pour revoir l'émission Dimanche en Politique sur France 3 Rhône-Alpes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dimanche en politique région auvergne-rhône-alpes politique