Les poussières du Sahara de retour dans l’Allier et le Puy-de-Dôme

Mercredi 3 mars, le ciel du Puy-de-Dôme et de l’Allier a, à nouveau, été coloré d’une teinte particulière. Comme en février dernier, les poussières du Sahara sont de retour pour un épisode de moindre intensité et de plus courte durée.

Début février (photo), le Puy-de-Dôme avait déjà connu un épisode de poussières du Sahara.
Début février (photo), le Puy-de-Dôme avait déjà connu un épisode de poussières du Sahara. © Nicolas Hugot / FTV

Vous rappelez-vous ? Durant le premier week-end de février, il régnait comme un air d’apocalypse dans le ciel auvergnat. Il ne s’agissait bien évidemment pas de la fin du monde mais d’un épisode de poussières venues tout droit du Sahara. Elles sont de retour ce mercredi 3 mars, particulièrement dans le Puy-de-Dôme et l’Allier. L’agence ATMO Auvergne, qui mesure la qualité de l’air, a même placé ces deux départements en vigilance jaune.


Dans son bulletin, l’agence précise : « Mercredi 3 mars, un nuage de sable saharien ("DUST") survole à nouveau la région. De moindre intensité et de plus courte durée que les épisodes précédents, cet évènement pourrait être mesuré ponctuellement dans toute la région. Cependant, l'ouest de la région pourrait être particulièrement touché et les concentrations pourraient dépasser les 50 µg/m3 ».
 

Des conseils à suivre

L’agence a émis des recommandations pour le grand public : « Privilégiez les sorties brèves et celles qui demandent le moins d’effort. Limitez vos activités physiques intenses. Demandez conseil si vous ressentez une gêne respiratoire ou cardiaque ». A l’attention des personnes sensibles et vulnérables, comme les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes de plus de 65 ans par exemple, l’agence a adressé d’autres recommandations : « Eloignez-vous des grands axes routiers aux périodes de pointe. Evitez les activités physiques intenses. Reportez les activités qui demandent le plus d’effort. Demandez conseil si vous ressentez une gêne respiratoire ou cardiaque ». Plus d’informations sont consultables sur le site d’ATMO Auvergne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement météo