Après l'échec de la fusion, la présidente de l'université de Saint-Etienne annonce sa démission

Après le vote du 23 octobre 2020 rejetant le projet IdEx, "l’heure est venue de tirer les conséquences, toutes les conséquences de ce choix". Dans un courrier, la présidente de l'université de Saint-Etienne demande à tous les administrateurs de démissionner.
Michèle Cottier va démissionner de son poste de présidente de l'université Jean Monnet, et demande à l'ensemble du conseil d'administration de faire de même.
Michèle Cottier va démissionner de son poste de présidente de l'université Jean Monnet, et demande à l'ensemble du conseil d'administration de faire de même. © Rémy PERRIN / MAXPPP
Dans un long courrier adressé à ses collègues et aux étudiants, Michèle Cottier annonce sa démission de la présidence de l'université Jean Monnet de Saint-Etienne. Cette décision s'inscrit dans la foulée du rejet de la fusion avec plusieurs entités lyonnaises : le projet baptisé IdEx a été retoqué par le conseil d'administration de l'université stéphanoise lors d'un vote le 23 octobre 2020. Depuis, la faculté est en pleine crise. Le 13 novembre dernier, 117 membres de l'UJM se prononçaient pour l'élection d'un nouveau conseil d'administration, et souhaitaient clairement voir partir leur présidente.
 

Le débat autour de l’IdEx a été tranché et il nous faut tous en prendre acte. Ne nous y trompons pas, la dynamique engagée il y a plus de 10 ans est bel et bien définitivement interrompue.

Michèle Cottier, présidente de l'université Jean Monnet

 

La présidente de l'UJM demande à l'ensemble du conseil d'administration de démissionner

"L’heure est venue de tirer les conséquences, toutes les conséquences de ce choix", écrit la présidente de l'université de Saint-Etienne à propos du vote contre le projet de fusion IdEx. Mais Michèle Cottier ne se prive pas de rappeler à tous que "le conseil d’administration avait approuvé le principe de la fusion des universités et la perte de la personnalité morale et juridique, à travers le vote du dépôt de dossier de candidature à l’IdEx en décembre 2016 et le vote du Document d’Orientations Stratégiques en 2019".
Depuis le début, Michèle Cottier a défendu avec ferveur l'IdEx qui, au cours des dernières années, "a constitué un formidable moteur donnant à l’UJM une progression spectaculaire sur l’ensemble de ses activités, formation, recherche, international, entrepreneuriat, innovation… Tous les indicateurs du contrat quinquennal 2016-2020 sont ainsi satisfaits et pour certains, au-delà de ce que nous avions projeté". L'IdEx était le cheval de bataille du second mandat de la présidence.

Désormais, il va falloir en assumer les conséquences. Un nouveau cap va devoir être défini. "Dans ce contexte si particulier qui est le nôtre, je ne vois pas d’autre issue que de demander à l’ensemble de notre communauté universitaire de prendre son destin en main. L’esprit de responsabilité doit guider chacun d’entre nous pour ne pas rajouter une crise institutionnelle à une situation déjà très difficile. C’est pourquoi après mure réflexion, lors de la prochaine séance du conseil d’administration je proposerai à l’ensemble des administrateurs de démissionner..." écrit la présidente.

Dans ce but, un conseil d'administration exceptionnel va être convoqué courant janvier 2021, et tous les administrateurs appelés à démissionner. Cela inclut la présidence de l'université de Saint-Etienne. À la suite de quoi, toutes les instances devraient être renouvelées.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société