Inflation : "on a augmenté nos prix de 3%", conséquence de la flambée des prix du cacao et du sucre sur les chocolats de Noël

durée de la vidéo : 00h01mn52s
Dernière ligne droite avant les fêtes pour les chocolatiers. Mais cette douceur coûte de plus en plus cher. Chocolat de Noël et inflation : quand les prix du cacao et du sucre flambent, reportage à Saint-Etienne. ©France Télévisions

Malgré l'inflation, les amateurs ne sont pas prêts à renoncer aux papillotes et aux chocolats à Noël. Les chocolatiers et confiseurs peuvent se réjouir. À Saint-Etienne, qui compte de très anciennes maisons, on mise sur la qualité, la tradition festive et l'habitude des gourmands.

"On a augmenté le prix de nos chocolats de 3% par rapport à l'an passé. On n'a pas été trop méchant, les gens viennent toujours. On est une ancienne maison et je crois que les gens s'en souviennent", explique Laurence Sauron, gérante de la maison "Chocolat Coulois". L'artisan est installé dans la capitale ligérienne depuis 1820 et se présente comme la plus ancienne chocolaterie confiserie présente dans la ville de Saint-Étienne.

Chers chocolats

Ce chocolatier stéphanois centenaire n'a pas été trop gourmand non plus. Une chance pour les clients sensibles à l'inflation. Certains n'auraient malgré tout pas renoncé à ce plaisir sucré pour les fêtes de fin d'année. 

"Je ne vais pas réduire l'offre de chocolats à ceux que j'aime parce que c'est un peu plus cher", explique une cliente. "Tant pis pour l'augmentation, quand il s'agit de faire plaisir", avance un autre amateur. "On ne va pas réduire les quantités mais on a regardé un peu les prix. C'est vrai que ça tout de même bien augmenté mais on va tout de même garder cette tradition", indique une troisième cliente de cette maison. 

Pourquoi chocolats fins, tablettes, confiseries et autres papillotes sont-ils victimes de l'inflation ? La raison est élémentaire : le coût de fabrication se répercute à la vente. Mais à Saint-Etienne, certains chocolatiers cherchent des recettes pour ne pas faire s'envoler les prix en boutique.

Cacao, sucre et flambée des cours

Globalement, au niveau national, le chocolat a connu une hausse de 7 à 10%. En cause : l'envolée des cours du cacao. Cette matière première a flambé en l'espace d'une année : le prix du cacao a augmenté de 20% en 2023. Une hausse conséquente pour la deuxième année de suite. Le prix du cacao serait même à son plus haut niveau depuis 1979.

Le prix du sucre n'est pas en reste non plus et impacte aussi la fabrication des produits chocolatés. "Le sucre a tout de même pris presque 100%", affirme Vincent Sauron, associé de la maison "Chocolat Coulois". Sans compter toute la chaîne de production : main-d’œuvre, énergie ou encore transport.

Comment ce chocolatier parvient-il à maintenir ses prix ? Un travail d'équilibre et d'équilibriste. "J'ai passé des accords avec mes clients pour répercuter plus longuement la hausse, plutôt que de faire de grosses hausses d'un coup. Ensuite, on joue beaucoup sur la main d'œuvre, en prenant moins de personnes et en faisant davantage d'heures", explique Vincent Sauron.

S'ajoute à ces hausses des cours, la loi de l'offre et de la demande au niveau mondial. Les croqueurs de chocolat sont de plus en plus nombreux, alors que l'offre diminue.   

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité