"Tous les caps ont été franchis", le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau est lâché par une partie de sa majorité qui démissionne

Neuf adjoints et conseillers quittent leurs fonctions lors du conseil municipal de Saint-Etienne. Englué dans l'affaire du chantage à la vidéo intime pour laquelle il est mis en examen, le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau est lâché par une partie de sa majorité. Ce lundi 24 juin, lors du conseil municipal, neuf adjoints et conseillers délégués ont décidé de renoncer à leur fonction après la mise à l'écart de l'un d'entre eux.

Ce lundi 24 juin, l'ambiance était explosive au conseil municipal de Saint-Etienne. En moins de deux heures, il y a eu trois suspensions d'audience, un élu remercié et huit autres ont démissionné de leur fonction. Toute l'opposition a fini par quitter la session. La démocratie a bien eu du mal à s'exprimer à l'Hôtel de ville.

"Je ressens une forme d'injustice"

"Je suis atterrée, il n'y a pas d'autres termes... On est déjà plongé dans un contexte extrêmement inquiétant au niveau national sur le plan démocratique. Même localement, on voit que la démocratie n'est pas préservée", se désole Isabelle Dumestre, conseillère municipale (PS). "Tous les caps ont été franchis. On voit qu'il y a un double discours, soit on est avec lui, soit on est contre lui. On a essayé de lui parler de l'intérêt général en proposant quelque chose de raisonnable mais on ne peut pas discuter avec cet homme. Aujourd'hui, il est dans un déni pathologique de la gravité des choses qui lui sont reprochées. Il est dans un déni pathologique de la situation qu'il fait endurer à Saint-Etienne, à ses agents, à ses élus. Il y a beaucoup de souffrance autour de lui".

Tout a commencé à la fin de semaine dernière. Claude Liogier, jusqu'alors adjoint en charge à la circulation et la mobilité, se voit retirer sa délégation : "Je ressens une forme d'injustice et je veux l'exprimer devant vous", a-t-il confié lors du conseil municipal. Pour beaucoup, ce n'est pas l'élu qui est jugé mais l'homme qui s'est rallié au groupe dissident de la majorité pour marquer leur désaccord avec Gaël Perdriau dans la gestion de l'affaire à la sextape. "Si j'ai pris cette décision, c'est qu'on a constaté l'un comme l'autre que la confiance n'était plus là. Arrivé à ce stade, je pense que c'est mieux qu'il prépare les prochaines élections librement de son côté et que moi, je puisse travailler sereinement, sans avoir à me méfier en permanence de ce qu'il peut faire en savonnant la planche", raconte Gaël Perdriau.

"Il y a des choses qu'on accepte plus du tout"

En réaction au vote excluant définitivement Claude Liogier, les huit autres membres du groupe de la majorité "Saint-Étienne Avant tout" décident de quitter leur fonction à leur tour."Au bout d'un certain temps, il y a des choses qu'on accepte plus du tout. On s'est rendu compte, avec ces nouvelles délibérations qu'il ouvrait le champ 2026 et c'est ça qui nous pose problème", explique Nicole Peycelon, adjointe LR démissionnaire. "Parce que si nous restons, ça signifie que nous corroborons sa démarche d'être de nouveau candidat en 2026. Or, nous, on considère que non, il n'est pas en position de le faire. Compte tenu de l'affaire qu'il le touche, il devrait s'interroger sur la nécessité de poursuivre un nouveau mandat".

Les débats s'annoncent tout aussi houleux, ce mercredi 26 juin, lors du conseil de Saint-Etienne Métropole duquel Gaël Perdriau est en retrait. 

Propos recueillis par Lucie Denechaud 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité