Une campagne de recrutement exceptionnelle au CHU de Saint-Etienne

Publié le

Michaël Battesti, le directeur général du CHU de Saint-Etienne, lance une vaste campagne de recrutement. Il souhaite embaucher 120 soignants, principalement des infirmièr(e)s et des aides-soignant(e)s. Outre ces 10 soignants, 600 personnes en CDD devront à terme être titularisées.

Le directeur du CHU de Saint-Etienne lance un plan de recrutement d'envergure. Exceptionnel pour un hôpital public, le plan de recrutement servira à développer de nouveaux services. Cette politique de recrutement doit durer dans le temps. 

Un plan de recrutement d’une grande ampleur

La campagne de recrutement comprend deux volets. Au cours d'une conférence de presse, Michaël Battesti a annoncé l'"embauche en CDI pour les personnels soignants à compter de cette semaine, ce qui va représenter (...) plus d'une centaine de personnes sur des profils soignants, essentiellement infirmiers et aides-soignants et comme mesure corollaire la régularisation pour l'ensemble des personnels soignants exerçant au CHU de Saint-Etienne ". 

Le CHU souhaite en effet recruter 70 infirmières, 25 aides-soignants et 15 autres soignants, soit 120 personnes au total, d’ici septembre. Plus de 600 soignants déjà embauchés au CHU verront leurs CDD requalifier en CDI.

Le CHU de Saint-Etienne est déjà le premier employeur de la Loire. Il emploie 8 000 professionnels de santé et dispose de plus de 1 900 lits. 

Recruter dans un contexte tendu pour l’hôpital

Cette campagne de recrutement intervient alors que l’hôpital public peine de plus en plus à attirer les soignants. Pour embaucher, Michaël Battesti mise sur le développement de nouvelles techniques de soin. Un service de traumatologie du sport doit notamment voir le jour. Jessie Thouvenon, infirmière en hématologie, a vu 6 lits ouvrir au sein de son service : "On est parti d'un tout petit service". En 15 ans, le service d’hématologie est passé de 8 à 14 lits. Pour elle, travailler dans un CHU, "c'est participer à l'évolution de notre spécialité (...) participer à des innovations, accompagnés de nos médecins et de nos équipes". 

Le directeur général met également en avant les évolutions de carrière possibles au sein des différents services : "Vous pouvez avoir dix carrières au sein de votre exercice professionnel". Le CHU s'apprête par exemple à financer les études que Sylvain Drevet, aide-soignant, s'apprête à faire pour devenir infirmier : "Le CHU soutient mon projet et va financer mes trois années d'études en maintenant mon salaire au cours de ses années (...) J'avais bien plus de chance d'être financé et d'être soutenu dans mon projet en travaillant au CHU". 

Des soignants soudés et proches des patients

Les soignants soulignent la bonne humeur et la solidarité qui règnent au sein des équipes. "On est une équipe très soudée (…) c’est important", confie Jessie Thouvenon, au cours d'une pause avec d'autres infirmières. "C'est convivial, on boit le café", ajoute une autre collègue. Jessie décrit une équipe "dynamique, investie et très motivée qui a coeur de développer de nouveaux projets". 

Pour attirer de nouvelles recrues, les infirmiers et les aides-soignants louent le suivi des soins des patients dans la durée. L'infirmière apprécie particulièrement de tisser des liens profonds avec ses patients : "On les connaît très bien, on connaît leurs histoires de vie (...) on les accompagne tout au long de leur parcours de soin". Sylvain Drevet partage le même avis : "Ce sont des métiers du partage (...) être soi-même, ça peut apporter du réconfort."