• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Météo France. Canicule en Auvergne-Rhône-Alpes : quand peut-on espérer une baisse des températures ?

Le mercure va encore flirter avec les records jusqu'en fin de semaine avant de redescendre brutalement. / © Philippe HUGUEN / AFP
Le mercure va encore flirter avec les records jusqu'en fin de semaine avant de redescendre brutalement. / © Philippe HUGUEN / AFP

Deuxième épisode de canicule en moins d'un mois en Auvergne-Rhône-Alpes. Le mercure flirte avec les records, particulièrement dans la vallée du Rhône, et ne devrait pas redescendre avant le week-end. Les prévisionnistes de Météo France nous livrent leurs analyses.

Par MD

La canicule joue les prolongations en Auvergne-Rhône-Alpes avec un deuxième épisode débuté lundi 22 juillet. Les fortes chaleurs s'installent, de jour comme de nuit, et le seuil des 40°C est allègrement dépassé alors que de telles températures restaient exceptionnelles il n'y a que 50 ans.

Pour ce jeudi 25 juillet "on attend généralement plus de 40°C, avec des températures qui pourront ponctuellement atteindre les 43°C entre le nord de la Bourgogne et le sud de l'Ile-de-France", indique le prévisionniste de Météo France Olivier Proust. Mais l'Auvergne-Rhône-Alpes n'est pas la région la plus durement touchée par cet épisode : 20 départements du Nord de la France ont été placés en vigilance rouge, souvent pour la première fois.
 

"Dans la région, c'est une canicule modérée, assez moyenne par rapport aux autres épisodes, nuance Hélène Teissier, prévisionniste. Elle va durer probablement jusqu'à samedi matin donc on peut compter cinq à six jours de canicule avec des températures qui devraient être proches des records, sans les dépasser."

Petit bémol pour la vallée du Rhône où des températures exceptionnelles ont été enregistrées, notamment à Lyon Saint-Exupéry dans la nuit de mercredi à jeudi. Le mercure n'est pas descendu sous les 25,2°C, légèrement en-dessous du record absolu qui date du 30 juin 2019 (26,0°C). "A cause d'un petit vent de sud qui se maintient la nuit, les températures nocturnes ne descendent pas du tout et restent autour de 25°C, même en campagne, ajoute Hélène Teissier. Mais les records ne devraient pas être dépassés dans les départements alpins qui bénéficient d'un air plus frais".

 

Coup de frais pour le week-end


Parmi les villes épargnées : Annecy et Chamonix, qui se situent à quelques centaines de mètres d'altitude et perdent ainsi plusieurs degrés. Mais partout, les températures restent "très élevées" et ces épisodes de plus en plus rapprochés. Après ce jeudi exceptionnellement chaud, appelé à se répéter avec le changement climatique, la baisse des températures sera spectaculaire à partir de vendredi sur l'ouest du pays.
 

"S'il y a bien un jour où parler de dégringolade des températures, c'est là, avec des températures parfois de plus de 15°C en baisse dans une zone où il y aura une forte activité pluvieuse demain", prévient Olivier Proust. La canicule persistera en revanche encore un peu, jusqu'à vendredi soir ou samedi matin dans l'Est du pays. La fin de cet épisode, le deuxième en moins d'un mois, sera accompagné "d'orages localement forts et porteurs de grêle, vendredi sur l'ouest, et dans l'est samedi", a-t-il ajouté.

Cet épisode est accompagné d'habituels pics de pollution à l'ozone, notamment en Rhône-Alpes. La circulation différenciée a été activée dans plusieurs villes dont Lyon et Annecy. La chaleur va également aggraver l'assèchement des sols superficiels, alors que tous les départements d'Auvergne-Rhône-Alpes sont au moins placés en état de vigilance, voire même ne alerte renforcée pour l'Ardèche.

 

Sur le même sujet

Valence (Drôme) : une explosion dans un appartement fait un mort et un blessé léger

Les + Lus