Cet article date de plus de 5 ans

La position d'Eric Piolle contre l'élargissement de l'A480 provoque les foudres de l'opposition

En matière de com', l'équipe d'Eric Piolle s'y connaît. La municipalité a choisi cette période de la Cop21 pour s'exprimer contre l'élargissement de l'A480, à l'entrée de l'agglo de Grenoble, alors que les choses sont lancées depuis août. Une position jugée "inacceptable" par l'opposition.
© France 3 Alpes

E. Piolle conteste l'élargissement de l'A480
"Élargir les tuyaux, ce n'est pas la bonne dynamique, y'a plein de choses à faire, comme l'aménagement des bretelles... Ne ratons pas les enjeux", explique le maire écologiste de Grenoble qui pense avant tout à l'amélioration des transports du quotidien par le rail ou le tram voire "les autoroutes à vélo". C'est pourquoi, il se dresse aujourd'hui contre l'élargissement de l'A480 et l'a écrit au Premier ministre. La société AREA et l'Etat ont engagé des études pour élargir les quelque 7 kilomètres, à l'ouest de Grenoble, entre l'échangeur A48/N481 Saint-Egrève Sud et l'échangeur du Rondeau A480/RN87 (dite Rocade Sud).

En revanche, Eric Piolle est tout à fait favorable aux travaux d'aménagement de l'échangeur du Rondeau. Une nécessité. 

Interview réalisée par Jordan Guéant et Florine Ebbhah
Interview d'Eric Piolle (EELV) sur l'élargissement de l'A480

Pour Jean-Pierre Barbier, le président LR du Conseil départemental de l'Isère, "les positions d'Eric Piolle et d'EELV sont inacceptables alors que l'accès à Grenoble est un frein à l'attractivité de notre territoire depuis trop longtemps". Pour Jean-Pierre Barbier, "il en va de la survie de l'agglomération grenobloise (...) Le problème n'est pas l'appel d'air potentiel pour de nouveaux véhicules, mais bien la question de ceux qui sont au quotidien bloqués dans les embouteillages."

Matthieu Chamussy, conseiller municipal LR d'opposition pense, lui, que "la qualité de l'air et le développement économique passent par la recherche de fluidité". Selon lui, "améliorer les conditions de contournement de Grenoble, c'est permettre au trafic de ne plus passer par la ville, c'est donc moins de pollution et plus de capacité de développement des modes doux." 

Interview
durée de la vidéo: 00 min 27
Interview de Matthieu Chamussy (LR) sur l'A480

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aménagement du territoire environnement société politique