Chauffage : la pompe à chaleur, une bonne alternative au gaz et au fuel ?

Publié le
Écrit par Solenne Barlot

Avec l’augmentation du prix du gaz et du fuel, nombreux sont ceux qui se tournent vers les pompes à chaleur. Fonctionnement, prix, impact environnemental, on vous dit tout sur ce mode de chauffage.

Le prix du gaz et du fuel augmente et avec lui, la demande d’installation de modes de chauffage alternatifs. Cette tendance bénéficie notamment aux pompes à chaleur (PAC). Air-eau, air-air, pompes géothermiques, a qui sont-elles destinées ? Pour quel prix ? Sont-elles des solutions durables ? Eléments de réponse.

En Auvergne, des installateurs constatent un engouement grandissant pour les pompes à chaleur. Chez Jessy Rouer, patron d’Auvergne Eco Energie dans l’Allier, le téléphone n’arrête pas de sonner : « Avec la situation actuelle où le fuel n’a fait qu’augmenter et même le gaz de ville, on a eu pas mal d’appels entrants. On remarque que les gens voient que les factures augmentent et essayent de trouver des alternatives. Ils regardent vers les pompes à chaleur. On a pas mal de demandes, beaucoup plus qu’avant. » Non loin de là, le constat est le même pour François Charpin, chargé d’affaires Novagroupe. L’élargissement des aides de l’Etat y est, selon lui, pour beaucoup : « Il y a une augmentation, notamment grâce au dispositif mis en place par l’Etat qui permet au client de financer en bonne partie leur installation. C’est un marché qui a le vent en poupe. Avant c’était destiné aux résidences principales, pour les propriétaires occupants, maintenant ça s’adresse aussi aux propriétaires bailleurs. »

"On peut capter des calories qui proviennent de l’air ou du sous-sol"

Le fonctionnement de ces systèmes de chauffage leur permet de servir également à climatiser. Hakim Hamadou, directeur régional de l’Agence de la transition écologique (Ademe) Auvergne-Rhône-Alpes, explique : « Une pompe à chaleur est une machine thermodynamique, un peu comme un frigo qui marche à l’envers. Elle transmet des calories d’un milieu vers un autre. Il y a un compresseur qui consomme de l’électricité et des échangeurs, un évaporateur et un condenseur. On peut capter des calories qui proviennent de l’air ou du sous-sol, au niveau des nappes phréatiques ou bien avec des sondes géothermales dans les 200 premiers mètres. Le grand public connait surtout les pompes à chaleur air-eau ou air-air. Ces derniers sont des systèmes à détente directe. On a un échangeur extérieur et des cassettes extérieures qui soufflent de l’air chaud ou froid. On finance les pompes à chaleur géothermales, celles qui prélèvent de l’énergie dans le sous-sol. On parle de géothermie à très basse énergie. Le dispositif ADEME classe ce type de pompe dans les énergies renouvelables. »  

"Elles remplacent une chaudière fuel ou gaz"

François Charpin vend surtout des pac air-eau, qui fonctionnent différemment : « Le plus fort de la demande est sur les pompes à chaleur air-eau. Elles remplacent une chaudière fuel ou gaz. On récupère les calories dans l’air extérieur. Même si les températures sont proches de 0 voire en dessous, il y a toujours des calories dans l’air. La pompe à chaleur est constituée de 2 parties qu’on appelle le groupe extérieur pour capter les calories. Ensuite on a un module intérieur qui restitue ces calories au réseau de chauffage via l’échangeur. Le fluide qui se trouve à l’intérieur de la pompe à chaleur a des caractéristiques différentes de l’eau ou l’air et a des températures de condensation différentes. On joue sur la transformation du fluide, qui capte de la chaleur puis en cède. Quand vous sortez d’une piscine et que l’eau s’évapore, on a une sensation de fraicheur. Pour s’évaporer il faut de l’énergie au fluide, qu’il puise autour de lui. Il emmagasine la chaleur. Côté condenseur, ces calories sont récupérées. »      

Pour qui ?

Pour l’installateur Jessy Rouer, les pac s’adressent à tous les propriétaires d’une maison : « On recommande ce type d’installation à toutes les personnes qui souhaitent faire des économies et qui sont sensibles à tout ça. Il y a la pompe à chaleur air-eau qui va remplacer les chaudières au gaz et au fuel. Il y a aussi les climatisations réversibles qui sont aussi des pompes à chaleur et qui vont remplacer des radiateurs électriques qui sont énergivores. Là, par contre, il n’y a pas d’aides de l’Etat. Le fait que ça fasse climatisation, on est moins sur un aspect écologique mais c’est un vrai système de chauffage. On va aussi récupérer des calories dans l’air et faire des économies. » Il est selon lui adapté à presque toutes les maisons : « La pompe à chaleur peut ne pas s’adapter dans une maison en fonction du volume. J’ai eu des cas, sur notre secteur, de belles maisons de 2 ou 300 m², sauf qu’elles sont monophasées. On a des puissances qui sont limitées en pompe à chaleur. Une maison entre 80 et 200 m², on est tout à fait capables de répondre. »

Pour quel prix ? 

Le prix varie en fonction de la taille et de l’isolation d’une maison : « On va diviser par 2 environ. Une pompe à chaleur est capable de chauffer de l’eau jusqu’à 70°C. On est sur des températures moyennes à 55°C, c’est plus facile donc d’avoir par exemple un plancher chauffant qui va monter à 35°C, c’est pour ça qu’on est souvent en-dessous des performances affichées dans les catalogues, qui annoncent qu’on va diviser par 3. C’est une moyenne en fait. Une maison chauffée au gaz de ville on va diviser par 1,5. Pour une maison chauffée au fuel, on divise par 3 ou par 4 », indique Jessy Rouer. Selon François Charpin, les dispositifs sont plus adaptés et économiques en fonctionnant avec des radiateurs basse température ou du plancher chauffant. Dans son catalogue, on trouve des pompes entre 13 000 et 22 000 euros. Cet investissement important peut en décourager certains : « Ce n’est pas que l’installation. Je revérifie tous les émetteurs pour faire du désembouage, qui représente déjà 10 à 15% d’économies réalisées. Les accessoires annexes à la pompe à chaleur vont aussi faire la différence : un ballon tampon par exemple. Ils représentent un coût mais c’est grâce à eux qu’on va réaliser des économies. »

Des aides de l'Etat

François Charpin précise que les économies ne sont pas uniquement liées au système de chauffage, mais aussi à l’isolation ou encore aux aides de l’Etat : « Chaque cas est particulier. Ça dépend de l’isolation du logement. Plus la maison sera isolée et plus les économies seront intéressantes. Il faut vérifier que les radiateurs sont bien adaptés pour fonctionner avec une pompe à chaleur. Les primes orientent vers les pompes air-eau. C’est le plus intéressant. On remplace les chaudières, ça va dans le sens de ce qui est préconisé, les TVA sont à taux réduits sur ces produits. » Pour Hakim Hamadou, de l’Ademe, la rentabilité se voit sur le long terme : « Les taux d’aides sont compris entre 30 et 50% des coûts. C’est une fourchette. Quand on a une participation financière de cet ordre-là par rapport au bénéfice des coûts d’exploitation, vous avez un prix de revient du MWh qui est moins cher qu’une solution fossile. Les coûts d’investissements sont plus chers. » Il indique que pour les pac air-eau, les aides sont comprises entre 2 000 et 4 000 euros pour le particulier. Pour les pac géothermales, qui sont plus onéreuses, on peut espérer obtenir entre 4 000 et 10 000 euros.

Il définit ainsi les prix :

  • pour les PAC air/air pour le particulier, qui ne sont pas éligibles pour les aides de l'Etat, comptez 10 200 € TTC (installation comprise)
  • pour les PAC géothermales pour le particulier, comptez 16 000€ TTC sans les aides, auquel il faut ajouter l’investissement sous-sol suivant la technologie (nappe, sondes ou corbeilles)

Des économies d'énergie

Mais alors, cet investissement est-il rentable sur le plan environnemental ? Oui, selon Hakim Hamadou : « Au niveau de leur coefficient de performance (COP, NDLR), qui représente le ratio entre la quantité d’énergie fournie et la quantité d’énergie consommée, c’est intéressant. Si une pompe à chaleur à un COP de 4, pour un kw/h d’électricité, vous allez restituer 4 kw/h. Pour les pompes à chaleur géothermales, on a des COP à 4 ou 5. Ce COP est régulier pendant l’année. La température ne varie bas beaucoup, autour d’une dizaine de degrés, alors que pour une pac air (pompe à chaleur), la température varie beaucoup plus. Fatalement, les COP des pac air sont moins bons, même s’ils ne sont pas mauvais non plus »

Il précise que le COP des pompes à chaleur géothermales est en général meilleur que celui des autres pac, mais que dans tous les cas, le processus est plus avantageux que d’autres systèmes de chauffage : « La pompe à chaleur se compare à une chaudière gaz ou fuel. On a des émissions carbones beaucoup moins élevé. Par rapport à un convecteur électrique, elle consomme ¾ de moins dans le cas où la pac a un COP de 4. Ce qui vient diminuer le bon bilan des pompes à chaleur, c’est qu’elles utilisent les gaz frigorigènes qui ont un pouvoir de réchauffement climatique élevé. Ce n’est pas neutre. On a un taux de fuite sur la période d’exploitation qu’il faut prendre en compte et qui vient réduire l’intérêt environnemental sans l’ôter. Le dispositif reste très favorable d’un point de vue des émissions de CO². »

Des professionnels intéressés

Pour ce qui est des installations dans les bâtiments publics, l’ADEME indique être beaucoup plus sollicitée sur ce type de solution depuis un an : « Ce n’est pas exponentiel mais c’est une filière qui se maintient très bien et qui a toute sa place dans la politique énergétique française et dans les objectifs de fourniture d’énergies renouvelables. Cette filière ne peut que se développer. Le gros marché reste les pac air, les volumes de vente sont très importants », affirme Hakim Hamadou. Certaines zones en Auvergne sont plus indiquées que d’autres pour recevoir des pompes à chaleur géothermales. « Il y a des contraintes : il faut avoir des nappes phréatiques, il faut avoir un peu de terrain pour les sondes qui doivent être espacées tous les 8 ou 10 mètres… Un échangeur, il n’y a pas de contraintes. »

Des pac dans toute la région

Par exemple, à Clermont-Ferrand, les ressources sont peu propices à la géothermie sur nappe, plutôt à envisager sur sondes géothermales verticales. « On peut par exemple citer l’installation au sémaphore de Cébazat, un équipement public à Lempdes, qui sont des installations de PAC sur sondes. En Auvergne, les principales nappes alluviales sont celles de l’Allier (de Vieille-Brioude au Bec d’Allier), la Loire (en rive gauche de la limite du département de l’Allier et de la Saône et Loire) et le Cher en aval de Montluçon. On peut citer l’opération de pac avec forage sur nappe de l’usine L’Oréal à Creuzier-le-Vieux ou une crèche à Aulnat de pac sur nappe. » Environ 20 installations par an sont financées par l’Ademe en géothermie. Leur nombre est estimé à environ 900 au total sur la région Auvergne-Rhône-Alpes.