Clermont-Ferrand : La préfecture délimite un périmètre d'interdiction pour la manifestation des Gilets Jaunes

La manifestation des Gilets Jaunes est interdite dans un périmètre défini. / © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP
La manifestation des Gilets Jaunes est interdite dans un périmètre défini. / © PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Un appel à manifester le samedi 19 octobre a été émis par les Gilets Jaunes à Clermont-Ferrand. La préfecture a décidé la mise en place d'un périmètre au sein duquel la manifestation est interdite. 

Par Solenne Barlot

Les Gilets Jaunes clermontois on appelé à un rassemblement national, prévu le 19 octobre place de Jaude. Cependant un arrêté préfectoral leur interdit l'accès à la place. En effet la préfecture a mis en place un périmètre de sécurité entourant la place de Jaude. Ce périmètre s'étend entre l'angle de la rue Fontgiève et Gabriel Perri, et la place Dellile au nord ; et entre l'angle de la rue Bonnabaud et du boulevard Pasteur, et le jardin Lecoq au Sud. 
La préfecture interdit les manifestations dans un périmètre défini. / © Préfecture du Puy-de-Dôme
La préfecture interdit les manifestations dans un périmètre défini. / © Préfecture du Puy-de-Dôme

La préfecture craint des actions violentes

La préfecture explique sa décision par le risque d'actions violentes en marge de la manifestation dans un communiqué : "Cette manifestation pourrait rassembler plusieurs centaines de personnes auxquelles s’infiltreraient des individus radicaux autour de mots d’ordre appelant à des actions violentes. En l’absence de déclaration et donc, d’organisateur identifié pour cette manifestation du 19 octobre, l’autorité de police n’est pas à même d’assurer la mise en œuvre de conditions de sécurité suffisantes pour garantir la protection à la fois des manifestants et des personnes et des biens"

Côté Gilets Jaunes, c'est l'incompréhension. "Nous n'avons jamais appelé à la violence. C'est scandaleux de limiter le droit constitutionnel à manifester pour des raisons pseudo-sécuritaires", s'indigne Alain Biddet, Gilet Jaune. Mais il l'assure, "ce n'est pas pour ça qu'il n'y aura pas de manifestation". La préfecture rappelle que "toute infraction à cet arrêté d’interdiction est passible de six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende."

Sur le même sujet

Départ de la première Chartreuse backyard

Les + Lus