Clermont-Ferrand : des sapins vivants plutôt que des sapins coupés pour Noël

Des sapins "vivants" ont été plantés en terre là où s'installe habituellement le sapin de Noël / © Valérie Mathieu - France 3 Auvergne
Des sapins "vivants" ont été plantés en terre là où s'installe habituellement le sapin de Noël / © Valérie Mathieu - France 3 Auvergne

Dimanche 3 novembre, une trentaine de citoyens se sont réunis place de Jaude à Clermont-Ferrand pour mettre en terre de jeunes sapins. Ils demandent une végétalisation pérenne de l'espace public plutôt que des arbres coupés pour Noël. 

Par FG

Ce dimanche 3 novembre, à l'initiative d'une trentaine de personnes, quelques arbres supplémentaires ont "poussé" au milieu de la place de Jaude à Clermont-Ferrand. Ces défenseurs de la cause environnementale ont choisi de les planter là où s'élève traditionnellement le sapin de Noël de la ville. Par ce geste, ils demandent une végétalisation pérenne de l'espace public plutôt que des arbres décoratifs coupés juste pour les fêtes. 

Clémentine commence par récupérer de la terre dans des bacs proches : "on va déplacer cette terre et on va aller planter dans la terre qu'on va déplacer des arbres vivants qu'on a récupéré dans la forêt. Il s'agit de symboliser le fait que pour nous, Noël, c'est la célébration de la vie, la célébration de la nature, de notre lien à la nature. Aujourd'hui c'est devenu la célébration de la surconsommation et on n'est pas d'accord avec ça."

Simples citoyens ou membres de différents collectifs, celles et ceux qui ont décidé de prendre part à cette action sont là pour s'impliquer dans la lutte climatique et sociale. Toutes leurs actions obéissent à la même consigne : respect et non violence.

Jeanne, membre d'Extinction Rebellion, explique : "Si il y a plus de 3.5 % de la population qui est persuadée par quelque chose dans la société, ça la fait basculer et ça, ça n'est qu'à travers la non-violence qu'on peut l'atteindre. La non-violence permet de convaincre tout en conservant une attitude d'ouverture et de dialogue."

Dans l'action, chacun son rôle : les "fourmis" creusent, les "castors" clouent et les "anges gardiens père Noël" informent les passants. Malgré la pluie, quelques curieux, intéressés, viennent discuter.

Cet espace vert qui sème des questions ne s'éternisera sans doute pas mais le collectif promet d'autres actions, toujours paisibles.

 

Sur le même sujet

Les + Lus