Coronavirus. Puy-de-Dôme : quand des chefs préparent des repas pour le Secours Populaire

Depuis le début de la crise du coronavirus, les élans de solidarité se multiplient. A Clermont-Ferrand des chefs cuisiniers oeuvrent pour les bénéficiaires du Secours Populaire. Une fois par semaine, ils peuvent manger comme au restaurant. En moyenne 1000 repas sont offerts par jour.

Chaque jeudi les distributions du Secours Populaire du Puy-de-Dôme sont égayées par les repas préparés par des chefs cuisiniers privés de leur travail par le coronavirus.
Chaque jeudi les distributions du Secours Populaire du Puy-de-Dôme sont égayées par les repas préparés par des chefs cuisiniers privés de leur travail par le coronavirus. © Charline Collet - France 3 Auvergne
Dans les locaux du Secours Populaire à Clermont –Ferrand (Puy-de-Dôme) ils sont nombreux à venir chercher de la nourriture, la crise du coronavirus Covid 19 accentue leurs difficultés pour faire les courses. Chaque jeudi c'est une distribution de repas pas vraiment comme les autres : "des gâteaux au chocolat et de la quiche avec des légumes dedans" annonce une des bénévoles chargée de la distribution.

Un festin préparé par une équipe de cuisiniers qui se démènent depuis le début du confinement. "Je les remercie beaucoup pour ce qu'ils font, c’est vraiment gentil d’avoir fait ça, ce n’est pas tout le monde qui le ferait" dit une bénéficiaire. "Le frigo est vide" dit une autre, en reconnaissant que ce sera son seul repas de la journée.

Cette équipe de cuisiniers, c'est David Robin qui l'a montée : ils sont cuisiniers, pâtissiers, apprentis ou chefs reconnus. Leurs restaurants sont fermés à cause du coronavirus mais ils ont décidé de se mettre au service des autres.
 
Comme chaque semaine, ce professeur de cuisine fait le tour de ses fournisseurs. Il récupère les invendus et parfois quelques suppléments : "En ce moment pour nous, les ventes c'est compliqué. On a quelques invendus et en même temps on surdonne des choses qui leur permettent de faire plus de choses. Si on ne leur donnait que des fruits et légumes, ça ferait un peu pauvre. Ne pas jeter, c'est notre priorité en ce moment" dit Guillaume Hugon, le directeur du magasin Métro à Clermont-Ferrand.

Effervescence en cuisine

Puis direction les cuisines où toute la brigade l'attend. "On a choisi chaque semaine de donner un coup de main, ça fait du bien" explique Christophe Nechaouni, membre des Toques Blanches, un club service international dédié au secteur de la restauration. "Ça me rend heureuse et je me dis que j’ai participé à quelque chose de bien. Du coup ce soir je me sentirai satisfaite du travail que j’ai fait" complète cette jeune bénévole, élève en Bac pro cuisine.

Ils vont travailler pendant plus de 9 heures pour produire 1080 repas ce jour-là. "C'est vraiment très important et je pense qu’il faut qu’on continue tant qu’on peut. J’ai dit qu’on ferait ça jusqu’au 11, jusqu’au déconfinement et on ira jusqu’au 11 dans n’importe quelle condition mais on le fera avec, peu importe les produits qu’on aura" dit avec conviction David Robin, professeur de cuisine à l'Institut des Métiers de Clermont-Ferrand.

Plus d'un millier de bénéficiaires du Secours Populaire vont pouvoir manger ce jour-là alors que les besoins sont en progression : depuis le début du confinement, chaque jour, 15 personnes nouvelles frappent à la porte de l’association.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société solidarité alimentation
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter