La cérémonie d’ouverture du festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand s‘est tenue en ligne

La 43ème édition du festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme se déroule sur internet, en commençant vendredi 29 janvier par  la cérémonie d’ouverture elle aussi en ligne.

L'équipe organisatrice est bien là, mais elle ne croisera pas les festivaliers cette année
L'équipe organisatrice est bien là, mais elle ne croisera pas les festivaliers cette année © Richard Brunel - MAXPPP

A cause de la crise sanitaire, le festival international du Court-Métrage de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) qui se tient du 29 janvier au 6 février 2021 ne pourra pas accueillir les plus de 170 000 spectateurs qui l’avaient fréquenté l’an dernier. Les organisateurs proposent donc de visionner en ligne sur internet les 213 films de la sélection, moyennant un abonnement de 12 euros. Même la cérémonie d’ouverture, un temps fort du festival avec l’annonce du palmarès en fin de semaine, s’est retrouvée confinée. En maître de cérémonie, le chroniqueur télé et président du festival Éric Roux pour une trentaine de minutes de présentation des temps forts et des jurés de cette édition.

Malgré cette formulation en ligne, le festival du Court-Métrage de Clermont-Ferrand reste un des plus important au monde pour cette forme d’expression bien particulière qu’est le film court." Je pense que le court métrage c’est vraiment l’espace ultime pour un cinéaste ou un scénariste pour exprimer les choses sans avoir de la pression financière ou de la pression de grosses boites de production ou de diffuseurs qui vont peut-être parfois être plus frileux pour aborder certains sujets. On l’entend dire par énormément de réalisateurs de longs métrages qui aiment revenir au court justement pour cet espace de liberté" indique Julie Rousson de Sauve Qui Peut le Court-Métrage, l’association organisatrice du festival

Parmi les plus de 60 heures de film qui sont présentées dans la sélection officielle l’accent est mis sur la série Labo qui fête ses 20 ans. "Si vous êtes curieux, si vous n’avez pas peur d’être un peu bousculé dans votre tête, dans vos schémas à peu près établis de ce que doit être un film, etc… venez voir le labo, vous allez être surpris , vous allez vraiment découvrir des choses , des artistes. Le labo c’est l’idée de titiller la curiosité des festivaliers" complète Calmin Borel.

Cette année on ne verra pas devant les salles de Clermont-Ferrand ces files d’attente où les festivaliers commentent, le catalogue en main, les séances qu’ils ont vues ou qu’ils aimeraient voir. Le festival va se vivre à la maison, bien au chaud, la convivialité en moins en attendant la prochaine édition en 2022.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival du court-métrage de clermont-ferrand cinéma culture covid-19 santé société confinement