Première femme à entraîner une équipe pro, Corinne Diacre vise pour la saison à venir, sa deuxième à la tête de Clermont, la première moitié du classement de Ligue 2, ravie d'être "à l'heure" cette année et d'avoir pu choisir ses joueurs.

Recrutée au pied levé il y a un an, une semaine après la reprise de l'entraînement, pour pallier la défection à retentissement de la Portugaise Helena Costa, la Nordiste de 41 ans, ancienne internationale aux 121 sélections et 14 buts, avait sauté dans l'inconnu et eu des débuts difficiles.
 

reportage de Charline Coca et Arthur John. Intervenants : Cédric Avinel (Capitaine Clermont Foot Auvergne) et Corinne Diacre (Entraineure Clermont Foot Auvergne)

En dépit des nombreux points perdus dans les dernières minutes des matches, son équipe a terminé le championnat à la 12ème place, meilleur classement des Auvergnats depuis 2012 (5ème). "Finalement, c'était une bonne saison. C'est à la fin du bal que l'on paie l'orchestre",
rappelle Corinne Diacre, qui se fixe pour objectif de faire "au moins aussi bien" la saison prochaine, avec l'envie "de viser la première moitié du tableau" grâce à un recrutement "optimisé dans ce sens".
           
Car à l'inverse de l'an dernier, Corinne Diacre a participé "complètement" au mercato. "Vu que le maintien a été assuré assez tôt, nous avons eu les mains et l'esprit libres pour prospecter et recevoir des CV. Nous avons activé les réseaux, reçu les agents", explique-t-elle. "Cette année, je suis arrivée à l'heure. J'ai pu choisir mes joueurs. Je connais mon groupe, les joueurs me connaissent et savent comment je travaille. Ne pas fonctionner dans l'urgence, c'est ma grande satisfaction."
 

Un groupe moins étoffé

"Elle était arrivée sans avoir choisi grand-chose. Il a fallu que le groupe s'adapte à elle et elle au groupe", reconnaît le défenseur Baptiste Martin, 30 ans, formé à Auxerre, déjà passé à Clermont avant de jouer à Courtrai (1re div. belge). Paradoxalement, c'est une défaite à domicile face à Dijon (2-5, le 13 mars, 28ème journée), qui a mis l'équipe "sur les bons rails, pour bien terminer le championnat", assure Martin: par la suite, l'équipe n'a perdu que deux de ses dix derniers matches (36ème et 37ème journée), pour six victoires et deux matches nuls.
 
"Il faut poursuivre sur cette voie cette saison", souhaite-t-il. Ambition que partage l'attaquant Ludovic Genest, 27 ans, recruté cet été, et pour qui la présence d'une femme aux commandes "n'a absolument pas pesé dans son choix de rejoindre Clermont". "Le premier contact a été spécial, mais elle a sa façon d'entraîner", juge Genest, formé à Auxerre puis passé à Dunkerque, Bastia, Laval, Istres, Créteil (L2).
 
Le groupe est moins étoffé que celui de la saison passée, mais Diacre assume ce choix: "J'ai souffert de la quantité l'année dernière, avec des joueurs mécontents de leur temps de jeu. Je ne veux pas revivre cela", souligne celle pour qui "la qualité prime sur le nombre".
           
Corinne Diacre et Clermont pourront se tester dès vendredi face à Sochaux, candidat à la remontée qui lui a échappé cette saison, puis Evian/Thonon une semaine plus tard, relégué de L1 et en reconstruction.