Cet article date de plus de 4 ans

Réforme du code du travail - Les conséquences pour les petites entreprises

Après un été intense en négociations avec les partenaires sociaux, le Premier ministre a dévoilé hier les ordonnances de la réforme du code du travail. Désormais, les entreprises de moins de 20 salariés pourront négocier directement avec un employé, sans passer par les syndicats.
Emilie Guedouah Vallée est à la tête d'une entreprise de 12 salariés. Sur les 5 ordonnances présentées hier, une a retenu son attention : la priorité donnée aux TPE permettant de négocier directement avec les employés.

"Le contact avec le personnel se fait tous les jours. D'être en direct avec le salarié, c'est le quotidien et la réalité du terrain", affirme Emilie Guedouah-Vallée, co-gérante entreprise Vallée Dôme Finitions.

Jusque-là, les négociations entre patrons et employés devaient passer par un délégué syndical. Après la réforme, plus de filtres, l'entreprise traitera en direct avec ses salariés. Un gain d'efficacité pour cette chef d'entreprise :

"S'il avait fallu mettre en place des représentants du personnel, cela aurait été du temps à consacrer pour ces élections."

durée de la vidéo: 01 min 39
Réforme du code du travail : les conséquences pour les petites entreprises ©France 3 Auvergne

Trop favorable au patronat ?


Une réforme pour le patronat, c'est ce que dénoncent certains syndicats malgré un été de discussions intenses avec le gouvernement. La CGT estime que les salariés courent un grand danger :

"Si nous n'avons pas des salariés qui sont rompus à la négociation, qui ne sont pas soutenus par des organisations syndicales, et qui n'ont pas suivi des formations adéquates, on peut se demander sous quelle genre d'accord cela peut déboucher", explique Sylvain Le Noc, secrétaire départemental CGT 63.

À terme, moins de droits, moins de garantie pour les salariés des TPE : c'est aussi ce que redoute Force Ouvrière.

"La remise en cause des classifications, du temps de travail, des normes différentes en matière de droits sociaux, les jours d'absence pour enfant malade, les congés, les jours de repos hebdomadaire, tout peut y passer", regrette Frédéric Brochard, secrétaire départemental Force Ouvrière 63.

La réforme sera présentée en Conseil des ministres le 22 septembre prochain et devrait entrer en vigueur dès la fin du mois.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loi travail économie social