Made in France : le Made in Auvergne monte à Paris

Made in France : le Made in Auvergne monte à Paris
Elles sont douze. Douze entreprises auvergnates à participer au salon du Made in France à Paris en novembre. Le bassin thiernois est particulièrement bien représenté avec trois sociétés qui s'y rendent pour la quatrième fois. Intervenants : Cédric Dauduit (Cannes Fayet), Eric Muzard (Gentleman Barbier), Vincent Soucille (Goyon-Chazeau) - Reportage : Julien Lecoq, Christian Darneuville. MOntage : Amélie Després.

Elles sont douze. Douze entreprises auvergnates à participer au salon du Made in France à Paris en novembre. Le bassin thiernois est particulièrement bien représenté avec trois sociétés qui s'y rendent pour la quatrième fois.

Par Claude Fallas

Apporter une valeur ajoutée au produit, dans sa finition notamment. Créer des produits de prestige car la France a le goût de travailler de beaux produits. Transmettre des savoir-faire uniques de génération en génération. Lorsque l'on parle Made in France aux artisans, c'est cela qui définit leur travail : l'histoire, la qualité, le prestige. Et c'est cela que nous avons découvert en poussant les portes des 3 entreprises auvergnates que nous avons visitées, 3 entreprises qui vont permettre au Made In Auvergne de briller au salon du Made In France de Paris.

Première porte poussée, première découverte. La machine est d'époque : 1909, année de création de l'entreprise Fayet. Vous connaissez, Fayet, les cannes et notamment celle du Dr House qui s'est chargé de faire leur réputation à l'internationale. A Orléat, les années ont passé, mais les techniques n'ont pas changé. La dernière opération, le séchage, se fait tout en douceur, pour que les cannes gardent tout leur éclat...

Un peu plus loin à Thiers, chez Eric Muzard, on retrouve les mêmes essences, les mêmes cornes. Dans l'atelier, tout y passe: bois de cerf, molaires de mammouth ou tibia de chameau trouvent ici un seconde vie en accessoires de rasage. La barbe est tendance et tous les objets qui y sont liés le sont devenus. "Il a fallu s'adapter au goût des Français. En France, on aime les beaux bois, la corne, les matières précieuses. Il a aussi fallu que l'on convainque une entreprise française de refaire du poil de blaireau, car il n'y en avait plus en France. Mais maintenant, tout est véritablement Made In France !"

Le Made in France, l'entreprise Goyon Chazeaux s'en revendique également. Depuis trois générations, les couteaux sont entièrement fabriqués sur place.
De la forge à l'équisage, on dit ici que chaque pièce doit passer dans 40 mains avant de finir autour d'une table française ou étrangère. "Le Made In France, est aussi très connu à l'export, à l'étranger. On utilise vraiment se savoir-faire français pour promouvoir dans d'autres pays notre coutellerie et notre savoir-faire", explique Vincent Soucille, coutelier à la maison Goyon-Chazeau.

Fabriqués à Thiers et exposés à Paris les 18,19 et 20 novembre, cannes, couteaux et blairaux auront en tous cas toute leur place Porte de Versailles.

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus