Opposés aux menus végétariens, des éleveurs du Puy-de-Dôme organisent une dégustation de viande devant un collège

Mercredi 18 décembre, des agriculteurs de Charolais ont organisé une dégustation de viande devant le collège de Saint-Gervais d’Auvergne dans le Puy-de-Dôme. Ils entendent protester contre la mise en place des menus végétariens dans les cantines.
 

 Une quinzaine d'agriculteurs de Charolais du Puy-de-Dôme ont organisé une dégustation de viande devant le collège de Saint-Gervais d’Auvergne.
Une quinzaine d'agriculteurs de Charolais du Puy-de-Dôme ont organisé une dégustation de viande devant le collège de Saint-Gervais d’Auvergne. © A. Rozga / France 3 Auvergne
Mercredi 18 décembre, à la sortie du collège de Saint-Gervais d’Auvergne dans le Puy-de-Dôme, des agriculteurs du département ont organisé une dégustation de viande charolaise. Avec l’application de la loi « EGalim », depuis le 1er novembre, les cantines scolaires ont l’obligation de proposer au minimum un repas végétarien par semaine aux élèves. Deux menus - avec et sans viande (ou poisson) - pourraient ainsi cohabiter le même jour mais dans les faits, certains établissements ne sont pas en mesure de proposer en même temps l’un et l’autre.

Les éleveurs plaident pour le choix

Jean-Claude Gaillard, éleveur à Saint-Gervais d’Auvergne, souligne : « On impose à nos écoliers un steak végétarien ou un steak de soja par semaine, avec du soja qui vient des USA et qui est plein d’OGM. Ce que l’on voudrait c’est que les élèves aient le choix ». Les éleveurs citent en exemple les présidents des Conseils départementaux du Cantal et de l’Allier, qui ont pris position contre les menus végétariens.
Olivier Blanchard, président des jeunes éleveurs de Charolais du Puy-de-Dôme, explique : « On regrette la mise en place des menus végétariens. Au départ la loi avait prévu de mieux rémunérer les éleveurs. Or, on s’aperçoit que c’est juste la mise en place de menus végétariens qui a abouti.  On n’a eu que les miettes ».

Interpeller les élus

Par cette action, les agriculteurs souhaitent interpeller les élus. Ils envisagent également de demander à rencontrer Jean-Yves Gouttebel, président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, afin de lui faire part de leurs doléances. Les éleveurs de Charolais avaient déjà mené une action en novembre dernier lors du 33e concours interdépartemental de Charolais reproducteurs de Saint-Gervais d’Auvergne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie éducation société agro-alimentaire polémique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter