Puy-de-Dôme : une marche blanche pour sauver une classe dans un petit village

Dans le Puy-de-Dôme, des parents d’élèves ont organisé une marche blanche à Martres-sur-Morge le dimanche 3 février. Ils se mobilisent contre la perspective d’une fermeture de classe à la rentrée prochaine.

« Touchez pas à notre école, touchez pas à nos maîtresses », « classes surchargées »,  « égale scolarité en danger ». Ces slogans, parents et enfants les ont scandés tout au long de cette marche blanche organisée à Martres-sur-Morge le dimanche 3 février.

Ce village du Puy-de-Dôme compte un peu moins de 700 habitants, l'école  110 élèves mais avec les départs au collège, l'effectif va baisser d'où le risque de fermeture.

Les élus soulignent notamment que très prochainement, on retrouvera au moins autant d'élèves qu'aujourd'hui.

Un optimisme qui n'enlève pas le sentiment d'être les laisser pour compte dans les décisions.

« On a l’impression que l’on déshabille les zones rurales au profit des zones urbaines », se désole Annick Davayat, la maire de Varennes-sur-Morge.

Le directeur académique souligne qu'après la fermeture, le nombre moyen d'élèves par classe ne serait que de 24/25 élèves. Il déplore le fait que les parents aient bloqués l'école, ce que ces derniers s'apprêtent à nouveau à faire en début de semaine.
 

Dans le Puy-de-Dôme, des parents d’élèves ont organisé une marche blanche à Martre-sur-Morge le dimanche 3 février. Ils se mobilisent contre la perspective d’une fermeture de classe à la rentrée prochaine. Intervenants : Alexandra Audebert (représentante de parents d'élèves), Eugène Chassagne (maire de Martre-sur-Morge) et Annick Davayat (maire de Varenne-sur-Morge).

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité