• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Que recherchent les français qui partent à la montagne cet hiver ? Une étude inédite déconstruit les idées reçues

© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Qui sont les français qui partent aux sports d'hiver ? Que recherchent-ils ? Combien dépensent-ils ? A trois mois des vacances de Noël, Un baromètre Ipsos-MMV, publié aujourd'hui, s'intéresse aux aspirations des français en matière de vacances d'hiver à la montagne. Première étude du genre. 

Par Cécile Sauzay

Cette année, 23% des français comptent séjourner à la montagne cet hiver. Pour la première fois, l'institut Ipsos et les résidences MMV ont interrogé les français sur leurs aspirations : combien de temps partent-ils ? Comment choisissent-ils leur destination ? Plusieurs idées reçues trouvent confirmation, mais le baromètre publié aujourd'hui réserve aussi ses surprises. Tour d'horizon du vrai et du faux sur les vacanciers français à la montagne en hiver. 
  • Ce sont des cadres qui viennent passer des vacances en famille : VRAI et FAUX
En moyenne, le vacancier français qui fait ses bagages pour une station de ski est un cadre (30 % des sondés), qui vit près des Alpes (33%) ou des Pyrénées (14%). Rien de surprenant.

Si les familles sont les plus nombreuses (37%), la catégorie la plus sur-représentée reste les 18-34 ans. Ils ne représentent que 26% de la population majeure, pourtant parmi les vacanciers qui partent au ski, 1 sur 3 est un "millenial". Alors qu'on dit cette génération moins amatrice de montagne que les précédentes, cette destination serait donc plus attractive pour un jeune de la génération Y ou Z que pour les 35-59 ans - 36% des sondés, mais la catégorie représente 43% de la population majeure française. 

Ensuite, le vacancier des stations de ski n'aime pas seulement la neige, il aime la montagne tout court. Selon cette étude, 45% des personnes qui sont allés à la montagne cet été comptent y retourner. Or, traditionnellement, les clients de la saison hivernale et ceux de la saison estivale représentent deux groupes bien distincts. 
  • Ce sont des habitués : FAUX 
Un peu moins de la moitié des futurs vacanciers de cette saison n'ont pas dévalé les pistes l'année dernière. Plus surprenant encore, 18% d'entre eux n'ont pas profité de la neige depuis 5 ans. 
  • Ils ont un budget limité, surtout s'ils sont jeunes : FAUX 
Les Français qui ont prévu de partir à la montagne cet hiver estiment qu’ils dépenseront un tout petit peu plus lors de leur prochain séjour que lors de leur séjour précédent avec
un budget moyen prévisionnel annoncé de 1 184 euros, c’est-à-dire en hausse de 0,9 %. La progression la plus forte concerne les jeunes, qui prévoient un budget en hausse de 6,9 %. Le poste de dépense qui progresse le plus est la qualité de l'hébergement. 
 
© Baromètre Ipsos-MMV 2018
© Baromètre Ipsos-MMV 2018
 
  • Ils partent pendant les vacances scolaires : VRAI et FAUX 
Moins de la moitié des français qui partiront (41 % seulement) choisiront les vacances scolaires. "Un chiffre qui confirme la tendance au déformatage des séjours, avec la diminution (...) de la part des séjours au ski formatés sur sept jours du samedi au samedi, au profit de vacances proches de la demande réelle des clients", analysent les auteurs de l'étude. 
  • Les plus grosses stations sont les plus populaires : VRAI et FAUX
Oui, on choisit une station pour son domaine skiable. Selon ce baromètre, 73% des personnes interrogées déclarent choisir une destination en fonction de ce critère.
En revanche, l'authenticité et la qualité de la station en question talonnent de très près les critères sportifs : 69% des sondés y sont sensibles. 
 
© Baromètre Ipsos-MMV 2018
© Baromètre Ipsos-MMV 2018



L'échantillon du baromètre Ipsos-MMV a été réalisé auprès de deux panels. D'une part, 1081 français choisis parce qu'ils sont représentatifs de la population française de plus de 18 ans. Le second groupe correspond à 1647 français qui ont l'intention de partir à la montagne cet hiver. 
 

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus