Canicule: des conseils et recommandations aux directeurs d’école et chefs d'établissement qui font grincer les syndicats

© MAXPPP
© MAXPPP

Une canicule va s'installer sur la France cette semaine avec des températures pouvant dépasser les 40°C. Dimanche 23 juin, le ministère de l'Education Nationale a diffusé des recommandations à destination des directeurs d’école et chefs d'établissement pour prévenir les effets de la canicule.

Par Dolores Mazzola


Cette semaine, le mercure va grimper pour atteindre et même dépasser les 40°C sur le territoire"C'est une canicule sans précédent de par sa précocité pour un mois de juin, et ce depuis 1947", a affirmé Emmanuel Demaël, prévisionniste à Météo-France. Le jour le plus chaud se situera "entre jeudi et vendredi... ça va atteindre les 40°C ou les dépasser localement", a-t-il indiqué. La canicule "devrait s'étendre au week-end, au moins sur une large moitié du sud-est", selon le prévisionniste. Avec peu d'arbres en centre-ville et des activités humaines importantes, la ville de Lyon souffrira particulièrement de la chaleur
 

Des recommandations d'ordre général pour les établissements scolaires


La canicule va s'abattre sur le pays alors que les vacances scolaires n'ont pas commencé. Le ministère de l'Education nationale a pris les devants en matière de prévention et déjà diffusé, dès dimanche 23 juin, auprès des directeurs d'école et des chefs d'établissement des recommandations afin de "prévenir les effets de la canicule". Des conseils de bon sens ...

Le ministère recommande de manière générale
  • de garder les enfants dans une ambiance fraîche,
  • d'étudier les possibilités de limiter les entrées de chaleur dans les salles,
  • de fermer les volets et les rideaux des façades les plus exposées au soleil durant toute la journée,
  • de maintenir les fenêtres fermées tant que la température extérieure est supérieure à la température intérieure,
  • de disposer d’un thermomètre par salle,
  • d'avoir une solution de « repli » dans un endroit « frais »,
  • d'éviter les expositions prolongées au soleil : sport, promenades en plein air, de limiter les dépenses physiques et activités sportives, 
  • de distribuer régulièrement de l’eau à température ambiante,
  • d'aménager les horaires pour certaines activités (les décaler tôt le matin ou plus tard le soir).

Le ministère recommande aux chefs d'établissement une vigilance particulière envers les personnes et élèves connus comme porteurs de pathologies respiratoires ou en situation de handicap. Pour les élèves qui prennent un traitement médical, ils doivent vérifier les modalités de conservation et les effets secondaires en demandant un avis auprès des médecins scolaires.


En cas de sortie en plein air ... 


Le ministère recommande d'éviter les expositions prolongées au soleil (promenades, activités physiques et sportives...), de veiller à ce que les élèves soient vêtus de façon adaptée (chapeau, vêtements amples, légers, de couleur claire, couvrant les parties exposées de la peau...), de boire abondamment en évitant les boissons sucrées et en privilégiant l’eau non glacée, de manger en quantité suffisante en évitant les aliments trop gras ou trop sucrés, d'utiliser abondamment de la crème solaire (indice de protection élevé).

Lors de classes de découverte sous tentes, les encadrants devront veiller à ce que celles-ci soient situées à l'ombre et que les élèves n'y séjournent pas lors de fortes chaleurs. Ils devront également veiller à pouvoir emmener éventuellement un enfant dans un endroit frais.
 

Brevet ou bac... quid des élèves en situation d'examen pendant l'épisode de canicule ?


Les chefs d'établissement doivent respecter les recommandations générales tout en assurant le bon déroulement des épreuves. Ils doivent également veiller à ce que les salles d'examen restent dans une ambiance fraîche. Ils doivent aussi s’assurer que les candidats ont à disposition de l’eau potable et/ou permettre aux candidats de sortir de la salle pour se désaltérer.

Exemple en Isère, à Heyrieux : le Collège Jacques Prévert anticipe et prévoit d'équiper les salles d'examen du brevet des collèges de climatiseurs. Une mesure qui vient s'ajouter aux autres (une bouteille d'eau par jour et par élève et professeur, l'adaptation des horaires du personnel d'entretien...etc).

Le ministère de l'Education nationale souligne que les chefs d'établissement devront être particulièrement attentifs aux premiers signes tels qu'une grande faiblesse, une grande fatigue, des étourdissements, des vertiges, des troubles de la conscience, des nausées, des vomissements, des crampes musculaires, une température corporelle élevée, une soif et des maux de tête.

Le report des épreuves du Brevet des collèges annoncée ce lundi après-midi

Les épreuves du brevet des collèges, qui devaient avoir lieu jeudi et vendredi, sont reportées au début de semaine prochaine en France métropolitaine en raison de la canicule, a indiqué ce lundi 24 juin le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Le report des épreuves à lundi et mardi prochains a été décidé "pour garantir la sécurité des élèves", a-t-il indiqué. En cas d'empêchements majeurs, conséquences de ce calendrier modifié, "certains élèves pourront participer à la session de septembre", a déclaré le ministre.


 

Le SNUipp-FSU demande des réponses concrètes


Ces recommandations ministérielles, qui suscitent parfois le scepticisme des enseignants, ont fait réagir le SNUipp-FSU, premier syndicat chez les enseignants des écoles maternelles et élémentaires.
 « Garder les enfants dans une ambiance fraîche »... la recommandation questionne : "Comment faire quand il n'y a pas de rideaux, ni de cour ombragée ou d'isolation ? Faut-il faire valoir son droit de retrait pour protéger ses élèves ?" s'interroge le SNUipp-FSU, dans un courrier au ministre. Le syndicat enseignant demande des réponses concrètes. 

"Dans bien des cas, le bâti ne permet pas de répondre" aux conséquences de la canicule, ajoute l'organisation, qui liste quelques-uns des manquements: absence de volets ou de stores, notamment sur les baies vitrées, locaux mal isolés, points d'eau insuffisants ou trop loin des salles de classes, cours de récréation sans ombre, absence de climatisation ou de brumisateur...
Le Snuipp-FSU recommande de "s'atteler sérieusement à une adaptation du bâti scolaire existant et du cahier des charges pour constructions d'écoles pour prendre en compte les conditions climatiques qui vont être de plus en plus fréquentes" en raison du réchauffement climatique.
 

A Lyon, le SNUDI-FO réclame des mesures d’urgence pour les écoles


Alors que la barre des 40° devrait être franchie dans le Rhône cette semaine, le SNUDI - FO réclame des mesures d'urgence pour les écoles. Le syndicat demande donc qu’"une instruction du Préfet du Rhône soit donnée aux maires pour fournir, partout où nécessaire, des climatiseurs mobiles et de l’eau fraîche tant que la température ne sera pas retombée à un niveau supportable."
Le SNUDI - FO demande la fermeture des écoles le temps de l'épisode caniculaire "dans le cas où des mairies ne seraient pas en mesure de fournir ce matériel".

Les mesures prises par la Ville de Lyon


Dans un communiqué, la Ville indique avoir investi en s’équipant de 2 850 vaporisateurs et 450 ventilateurs. Des équipements "répartis selon les demandes des écoles en fonction de la configuration des locaux". La  ville indique que "la priorité est notamment donnée aux salles de repos des maternelles". Elle assure que "les agents d’entretien anticipent leur prise de poste pour permettre, dès 6 heures du matin, de rafraichir les salles."
Un courrier a également été adressé aux parents, recommandant d'adapter les tenues vestimentaires, de les munir de gourdes et de casquettes.
La ville indique que "sur le temps scolaire et périscolaires, les enfants sont incités à boire très régulièrement". Enfin, les repas des cantines scolaires s’adaptent aussi aux conditions estivales avec une "plus grande proportion de plats froids".

Que faire en cas de coup de chaleur ?

– Alerter les premiers secours en composant le SAMU (15).
– Transporter la personne à l’ombre ou dans un endroit frais et prendre toutes les mesures pour que ses vêtements ne constituent pas une entrave à la baisse de sa température corporelle.
– Asperger la personne d’eau fraîche.
– Faire le plus possible de ventilation.
– Donner de l’eau fraîche en petites quantités si la personne est consciente et peut boire.

Cette vague de chaleur exceptionnelle venant du Maghreb et d'Espagne ravive le souvenir de la canicule d'août 2003, qui avait provoqué une surmortalité de 15 000 personnes, en grande majorité des personnes âgées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus