Coronavirus & confinement : les médecins libéraux s'inquiètent de ne plus voir de patients

Matériel de consultation dans un cabinet de médecin généraliste. A Lyon, la grande majorité des cabinets libéraux sont ouverts mais voient très peu de patients en cette période de confinement lié à l'épidémie de coronavirus Covid-19. Avril 2020. / © MaxPPP
Matériel de consultation dans un cabinet de médecin généraliste. A Lyon, la grande majorité des cabinets libéraux sont ouverts mais voient très peu de patients en cette période de confinement lié à l'épidémie de coronavirus Covid-19. Avril 2020. / © MaxPPP

Crainte d'attraper le covid-19. Des consignes pour ne pas surcharger les structures engagées dans l'accueil des malades du coronavirus. Les médecins libéraux tirent la sonnette d'alarme face à la baisse des consultations : "une rétention de besoin de soins qui peut s'avérer dramatique".

Par Aude Henry

Des malades non-covid sont morts pour ne pas avoir consulté et ne pas s'être soignés de manière adéquate. Voilà ce qui inquiète fortement aujourd'hui les médecins généralistes et professionnels de santé libéraux.

Le Dr Vincent Rébeillé-Borgella est le secrétaire général de l' URPS médecins libéraux d'Auvergne-Rhône-Alpes. Ce mercredi 8 avril 2020, il nous confirme que "les cabinets des généralistes sont désertés, le centre 15 du Samu reçoit moins d'appel et les urgences sont moins remplies qu'auparavant".

Le médecin généraliste, installé dans le 8ème arrondissement de Lyon estime que nombreux sont ceux qui, par peur d'attraper le coronavirus en sortant de leur confinement ou qui veulent pas engorger les structures engagées dans la lutte contre l'épidémie, retardent l'idée de se soigner.

Très mauvaise idée que cette "rétention du besoin de soins", insiste le Dr Vincent Rébeillé-Borgella.

Des victimes indirectes du confinement et de l'épidémie de coronavirus


Un problème de "pathologies négligées, autres que celle du coronavirus", c'est ce que relève également le Dr Jean-Claude Linder, dans un entretien vidéo accordée à notre consoeur, Sabine Quindou, sur sa page Facebook "Les Parents Sorciers".

Cet autre médecin généraliste de Lyon raconte "des cas de douleurs, de fièvre et des malades qui se sont confinés en se disant que cela ne devait être le virus (covid-19). Alors qu'en fait, il s'agissait d'une péritonite liée à une appendicite aigüe, ou d'un abcès profond infecté. Des malades qui n'ont pas voulu consulter ou appeler leur médecin et il y a eu de grosses erreurs de diagnostic".
 


Selon le secrétaire général de l'URPS médecins libéraux d'AURA, le confinement engendrerait des maux aux conséquences potentiellement dramatiques comme "un niveau de tolérance à la douleur différent et une réinterprétation des symptômes". Le médecin généraliste s'inquiète également des suites médicales d'un confinement prolongé : un moral en chute libre même si la baisse d'activité est suceptible de provoquer moins de stress, des angoisses pour des malades en situation plus fragile.
 

Un souci de santé ? Consultez !


Surtout ne pas croire qu'à part le covid, il n'y a que de petit bobo. Les médecins libéraux le réaffirment haut et fort : "n'hésitez pas à consulter en cas de souci de santé". Première chose à faire : appeler son médecin traitant, apte à la "télémédecine', afin de parler de vos symptomes par téléphone ou par échange vidéo, il pourra ensuite vous orienter et vous adresser par mail une ordonnance.
Le tiers-payant total a été généralisé par la Sécurité Sociale pour ces téléconsultations, rappelle le Dr Jean-Claude Linder.

Le secrétaire général de l' URPS médecins libéraux d'AURA rappelle de son côté que le covid est "un virus assez sournois. Pour une grande majorité, les malades développent des symptômes autres que ceux associés à un état grippal. Chose qui ne peut être vérifiée à distance".
D'où la nécessité, encore une fois, d'appeler votre généraliste et d'aller le consulter s'il vous l'indique.


 

Sur le même sujet

Les + Lus