Coronavirus- Que peut-on faire à partir du 11 mai ... zoom sur la stratégie de déconfinement en Auvergne Rhône-Alpes

Ce vendredi après-midi, 8 mai, Pascal Mailhos, le préfet du Rhône et de la région Auvergne Rhône-Alpes tenait une conférence de presse. Le préfet a rappelé que la vigilance restait de rigueur et a appelé pour les semaines à venir au "bons sens, à la lucidité et à la responsabilité". 

Déconfinement progressif à partir du 11 Mai
Déconfinement progressif à partir du 11 Mai © MAXPPP
A l'approche du lundi 11 mai et au lendemain des annonces gouvernementales sur le déconfinement progressif, Pascal Mailhos, le préfet du Rhône et de la région Auvergne Rhône-Alpes a fait un point sur la stratégie qui serait suivie pour les trois semaines à venir, soit jusqu'à la fin du mois de mai. Une conférence de  presse en présence de Jean-Yves Grall Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) et d'Olivier Dugrip Recteur de région académique Auvergne-Rhône-Alpes,
 

"Notre objectif, collectivement, est de garder le Rhône en vert"


Pour le préfet, "réussir collectivement le déconfinement réside dans une prise de conscience collective" avec un objectif dans le Rhône pour la fin du mois de mai, celui de "rester Vert". Un objectif qui "ne va pas de soi", selon Pascal Mailhos. Il a d'ailleurs tenu à souligner que "les efforts ne sont pas terminés. La vigilance doit être maintenue".
Il s'agit à présent avec cette nouvelle phase qui s'ouvre ce lundi 11 mai, de "réorganiser la vie quotidienne, de permettre la reprise de l’activé économique et sociale, d'accompagner les plus vulnérables" mais aussi de '"tester" et "isoler" les personnes malades. Pascal Mailhos a également insisté à plusieurs reprises sur le respect des gestes barrière et de la distanciation sociale. Il a également rappelé que le port du masque était "un complément" à ces mesures sanitaires de base. 

Parmi les mesures annoncées, le préfet a rappelé qu'à partir du 11 mai, il n’y aura plus besoin d’autorisation dérogatoire pour circuler dans l'espace public, dans la limite des 100 km. Mais une fois encore, il fait appel à "la responsabilité de chacun". La date du 11 mai marque le retour à une vie sociale, mais à une "vie sociale encadrée". 
 

Autorisé ou pas... un déconfinement progressif 


Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits. Les rassemblements confinés de plus de 5 000 personnes restent interdits jusqu’à septembre. Les rassemblements entre 10 et 5 000 personnes feront l’objet d’un réexamen fin mai.

Les commerces de proximité, à l'exception des bars, cafés et restaurants, peuvent à nouveau accueillir leurs clients. Dans ces commerces, les masques seront recommandés et les commerçants pourront obliger les clients à en porter. Concernant les centre-commerciaux, ceux de moins de 40 000 m² peuvent ouvrir moyennant la mise en place de gestes barrières.
Pour les centres de plus de 40 000 m², comme celui de la Part-Dieu, le dossier détaillant les mesures mises en place est actuellement à l'étude en préfecture. Les marchés alimentaires ou non alimentaires, sont à nouveau autorisés mais dans le respect des règles sanitaires. Si ces mesures n'étaient respectées, le préfet prévient, les marchés seraient fermés. 

Concernant les pratiques sportives: les Lyonnais peuvent faire du sport, mais seuls et en extérieur. Les pratiques sportives collectives ou en intérieur, restent pour l'heure interdites, a indiqué le préfet. 

La décision de réouverture des jardins et parcs appartient aux maires et aux collectivités. En revanche, les plans d'eau et lacs restent interdits. 

A propos des transports en commun, des plans de transports sont en cours d'élaboration, a indiqué Pascal Mailhos.  Le préfet souhaite également "lisser les horaires d’entrées et de sorties des salariés"; l'objectif étant de "réduire les pics de fréquentation". 

Exit les contraventions, excepté pour le non-respect des déplacements au-delà 100 km, ou le défaut de port du masque dans les transports en commun. 
 

Coronavirus : 2580 décès en Auvergne-Rhône-Alpes

 

Ce vendredi après-midi, Jean-Yves Grall, directeur de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, participait également au point presse de la préfecture concernant la stratégie de déconfinement dans la région. 
L’occasion de faire le point sur l’épidémie de coronavirus. Le responsable de l'ARS a indiqué que "260 patients positifs Covid-19 sont encore pris en charge en réanimation dans les hôpitaux d’Auvergne-Rhône-Alpes", précisant que la région se trouve "au-dessus des capacités de réanimation".

Jean-Yves Grall a également indiqué que 2206 patients touchés par le Covid étaient encore hospitalisés. Un chiffre qui tient compte des 260 patients en réanimation. La situation semble actuellement se stabiliser avec "moins d’une centaine de cas" par jour et une baisse du nombre de patients hospitalisés à "environ 50 par jour", a indiqué Jean-Yves Grall.

Concernant la mortalité, la région recense 2580 décès liés au Coronavirus, dont 1462 décès à l'hôpital et 1118 décès en EHPAD.

Pour les autorités sanitaires, l’enjeu sera, à partir de lundi, "de maitriser les nouveaux cas qui apparaitraient." Concernant la capacité de dépistage, le directeur de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes a indiqué que la région disposait d'"une capacité de 12 à 15 000 diagnostics quotidiens" dans 510 sites ou laboratoires différents. Des diagnostics qui sont réalisés dans les 24 heures et uniquement sur prescription médicale.

A l'instar du préfet, Jean-Yves Grall a rappelé que "l'épidémie n'est pas terminée et qu'il faut rester vigilant",

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter