Des étudiants de l'université Lyon 3 récoltent 2000 signatures pour faire respecter les gestes barrières dans les amphis

Des étudiants de Lyon 3 lancent une pétition pour faire respecter la distanciation physique dans les amphis. Avec 30 cas positifs sur 30.000 étudiants, la présidence fait savoir que la situation est sous contrôle.
© Richard Mouillaud/MAXPPP

Des étudiants de l'université de Lyon 3 sont inquiets. Certains gestes barrières doivent être appliqués selon eux. Après avoir publié des photos d'amphithéâtres où toutes les places sont occupées, ils lancent une pétition. Ils sont 2.000 signataires à demander des cours à distance.

Les cours à distance

Certains étudiants de Lyon 3 sont excédés. "Nous avons interpellé l'administration, le doyen et le président de la faculté, et à part le port du masque obligatoire, aucune mesure n'est prise" nous écrit Maxence Grataloup, étudiant en licence de Droit. Selon lui, "nous sommes entre 400 et 500 dans les amphithéâtres entassés, et dans les petites salles pour les TD (travaux dirigés) nous sommes plus de 30. Il n’y a aucun mètre de distance, les couloirs, les entrées d’amphithéâtre sont bondés de monde."

Les règles respectées

Selon la circulaire du gouvernement du 7 septembre, les universités doivent faire respecter les gestes barrière dans la mesure du possible. "C'est une université de centre ville, avec 30.000 étudiants, c'est difficilement applicable. On ne peut pas pousser les murs" constate Eugénie Binet, directrice de la communication à l'université Lyon 3. Tout en rappelant la légalité des procédures appliquées dans l'établissement.
Ce que ne conteste pas Maxence Grataloup: "Ce qu'on regrette, ce sont les mesures du gouvernement qui sont incohérentes." Comparant ainsi des mesures qu'il juge laxiste dans les universités et sévères dans les bars par exemple alors que le virus circule activement chez les jeunes.

Quatre scenarii sur la table

En lien deux fois par jour avec l'ARS (agence régionale de santé), l'université Lyon 3 est prête à activer tous les scenarii dictés par le recteur à la rentrée. "Nous sommes actuellement en phase 1, c'est-à-dire que les cours sont en présentiel.
Pour respecter les règles sanitaires, chaque cours magistral est amputé de 10 minutes pour éviter que les étudiants se croisent" nous dit Eugénie Binet. Néanmoins, les images des étudiants serrés dans les couloirs ou les amphis peuvent surprendre. "C'est une minorité de cours qui se déroulent ainsi.
Mais selon les informations qui remontent, il est probable que les préconisations changent la semaine prochaine. Nous avons déjà prévu de systématiser les cours hybrides (une partie des élèves présents, une autre partie en visio-conférence) en IAE (école de management) et en Droit."
© Maxence Grataloup
© Maxence Grataloup


Pas de fermeture d'école ou d'université à ce stade

Selon l'académie de Lyon, "aucune fermeture totale d'universités ou d'écoles de l'enseignement supérieur Lyonnais n'est prévue à ce stade". 700 étudiants et 45 personnels sont positifs au Covid-19 sur cette académie.

Seules l'INSA à la Doua et l'ENTPE (école de l'aménagement durable des territoires à Vaulx-en-Velin) sont en phase 2.

L'unique situation en phase 3 (aucun cours en présentiel) sur Lyon était à l'Ecole Centrale d'Ecully. Cette phase s'est terminée le 28 septembre. Seuls les cours magistraux sont maintenus en distanciel.

Du côté de Grenoble (300 étudiants et 15 personnels positifs), l'IEP vient de passer en phase 3.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société covid-19 santé