Guerre entre le Hamas et Israël : un rassemblement pro palestinien prévu à Lyon interdit par la préfecture

Quatre jours après le rassemblement sur la place des Terreaux, en soutien au peuple palestinien, organisé par le collectif 69 Palestine, le groupe Antifa Lyon appelle à une nouvelle mobilisation ce mercredi 25 octobre. La préfecture qui n'a pas reçu de déclaration préalable pour ce rassemblement, l'interdit.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le rassemblement de samedi 21 octobre a mobilisé pas moins de 2000 personnes, place des Terreaux à Lyon. Drapeaux palestiniens brandis hauts, les personnes présentes à l'appel du collectif 69 Palestine, réclamaient "la levée du siège criminel de Gaza" et "la liberté pour Gaza". 

Ce mercredi 25 octobre, le groupe Antifa Lyon appelle à un nouveau rassemblement. 

Un rassemblement interdit par la préfecture 

Chaque manifestation ou rassemblement doit être déclaré en préfecture, c'est la procédure.

Le groupe Antifa donne rendez-vous aux personnes souhaitant soutenir le peuple palestinien au parc Berty Albrecht à 18h15, dans le 8e arrondissement de Lyon.

Ce rassemblement n'a pas été déclaré auprès de la préfecture. La préfète du Rhône vient de signer un arrêté interdisant cette mobilisation en raison des risques de troubles à l'ordre public qu'elle représente.

Autre rassemblement demain

Un autre rassemblement est prévu demain, jeudi 26 octobre, à l'appel de l'union départementale de la CGT du Rhône. Déclaré auprès de la préfecture et autorisé, ce rassemblement se tiendra rue Dunoir, face à la préfecture à partir de 12h30.

Cette mobilisation émane d'une intersyndicale CGT et vise à soutenir toutes les populations victimes des bombardements en Israël et Palestine. Dans un communiqué, l'intersyndicale rappelle qu'en "une dizaine de jours, à Gaza, plus de 3000 civils, dont près de 1000 enfants, ont payé de leur vie cette escalade de la violence aveugle. On annonce désormais comme inéluctable une catastrophe humanitaire majeure."L'intersyndicale souligne que de part et d'autre, des pacifistes œuvrent pour une paix juste et durable. "Tout ceci n'est que la conséquence de rapports de force qui dépassent largement les intérêts des peuples". La CGT estime qu'à Lyon, l'interdiction des rassemblements de solidarité avec les populations civiles meurtries par le conflit est inacceptable.L'UD CGT 69 demande que tout soit mis en œuvre pour venir en aide aux populations civiles et adresse son soutien aux milliers de victimes israéliennes et palestiniennes.