Guillotière : un troisième suspect écroué suite à l'agression de 3 policiers en civil en juillet

Publié le
Écrit par Sébastien Allec .

Le 20 juillet, 3 policiers en civil était agressé dans le quartier de la Guillotière par une foule en délire alors qu'ils tentaient d'interpeller un jeune suspecté d'un vol à la sauvette. Ce jeudi 4 août, une troisième personne a été interpellée dans cette affaire. Il a été écroué en début de semaine.

Le 20 juillet 2022, l'agression de 3 policiers en civil par une foule devant une supérette du quartier de la Guillotière à Lyon avait défrayé la chronique.

Sur des vidéos partagés par le syndicat de la police nationale Alliance sur les réseaux sociaux, on voit de très nombreuses personnes s'en prendre physiquement et verbalement à 3 policiers en civil qui tentent d'interpeller un individu. On peut voir qu'ils prennent des coups de pieds et de bâton et se font copieusement invectiver. 

Le parquet de Lyon confirme qu’un « troisième suspect a été interpellé par les services de police lyonnais,  puis mis en examen le 6 août dernier par le juge d’instruction du chef de violences aggravées sur fonctionnaire de police ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieure à huit jours. » Elle a été placée en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

3 mise en examen sur 4 interpellations

S’il s’agit de la 3ème personne mise en examen il s’agit de la 4ème interpellation dans cette affaire. Le 24 juillet, 4 jours après les faits, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait tweeté qu’un individu étranger avait été arrêté et qu’il serait expulsé sous peu. Après enquête, il s’avérait qu’il n’avait rien à voir dans cette affaire.

Deux autres personnes ont été interpellées par la suite. L’une d’entre elle a reconnu les faits et s’est excusé lors de son audition. 

Bataille politique entre Doucet et Darmanin 

Ce fait divers a lancé une nouvelle joute politique entre le ministre de l'Intérieur et le maire de Lyon. Grégory Doucet réclame plus de moyens policiers sur Lyon et dénonce des promesses de renforts non-tenues. De son côté, le ministre de l'Intérieur pointe du doigt une mauvaise gestion de la ville selon lui. 

Dans une lettre à l'édile de Lyon, Gérald Darmanin a fait des propositions pour sécuriser la place Gabriel Péri, épicentre des questions sécuritaires qui secouent le quartier. Il propose par exemple au maire de Lyon de "prendre des arrêtés anti-rassemblements, limités à des horaires et jours déterminés, afin d'empêcher les attroupements d'individus qui créent de l'insécurité et des troubles à l'ordre public".  

De son côté, Grégory Doucet a refusé d'être présent à la visite de Gérald Darmanin à Lyon le samedi 30 juillet, dénonçant "une opération de communication". En novembre 2020, le ministre avait promis 300 policiers nationaux supplémentaires à Lyon. Pour l'heure seule une centaines seraient arrivés. L'édile de Lyon demande que cette promesse soit tenue. 

Quant aux arrêtés anti-rassemblement, Grégory Doucet répond sur Twitter "Au delà du caractère liberticide d'une telle mesure, nos premières analyses juridiques indiquent que cette mesure serait de la compétence de l'Etat".

Gérald Darmanin devrait revenir début septembre à Lyon. Pour l’heure, nous ignorons si Grégory Doucet acceptera de participer, cette fois-ci, à cette visite.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité