Suite à un article du journal Le Monde, publié samedi 20 avril, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes est accusé par l'opposition d'avoir engagé et profité de dépenses incontrôlées d'argent public lors d'un discret déplacement au Japon.

Les opposants socialistes et écologistes du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes demandent de la "transparence" après un article du journal Le Monde sur un déplacement professionnel discret et présumé fastueux du président de la région Laurent Wauquiez au Japon, dont le journal Le Monde a révélé, samedi 20 avril, une partie du contenu.

Le Monde lance la polémique

Intitulé "Le voyage très confidentiel de Laurent Wauquiez au Japon", l'article du Monde décrit certaines scènes prestigieuses relevées lors de ce déplacement effectué du 8 au 15 mars, ponctué d'un dîner dans un restaurant étoilé avec des dirigeants d'entreprises français et japonais. Il s'agissait d'un déplacement "à vocation économique auquel plus de 25 entreprises régionales ont participé", et destiné à "promouvoir les entreprises industrielles de la région", a expliqué l'organisme Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises, en charge d'aider les entreprises à se développer à l'international. L'agence de développement économique de la région, dont Laurent Wauquiez est le co-président, était l'organisatrice de cette mission, précise l'agence. 

Un voyage discret ?

Au cours de ce déplacement, la délégation a rencontré des dirigeants et officiels japonais, notamment à Hokkaido pour promouvoir les entreprises en lien avec les activités de montagne, et participé au salon Smart Manufacturing Summit à Nagoya,dans le centre du Japon, explique l'agence.

Le groupe des Ecologistes au conseil régional, qui estime dans un communiqué que Laurent Wauquiez ne "se soucie guère de la transparence","demande que tous les éléments ayant attrait à ce voyage soient rendus publics". Même demande du côté du groupe Socialiste, Ecologiste et Démocrate. 

"Il est faux de dire que ce déplacement avait un quelconque caractère confidentiel. L’agence a communiqué à de multiples reprises sur les réseaux sociaux, auprès des entreprises et du grand public. Ces éléments ont été transmis à Le Monde, ainsi que l’ensemble du programme, qui ne les a pas mentionnés",  se défend le directeur adjoint d'Auvergne Rhône Alpes Entreprises. 

Dîners fasteux ?

Les élus s'interrogent en particulier sur l'organisation d'un dîner "fastueux" avec près de 150 chefs d'entreprises français et japonais dans un restaurant étoilé de à Tokyo.

L'agence Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises, qui organisait le déplacement, réagit par le biais de Yann Drevet, son directeur général adjoint : "concernant la soirée [mise en cause par les journalistes du Monde], il ne s’agit pas d’un repas. Cette séquence correspond à un cocktail qui rassemblait des chefs d’entreprises régionales, françaises et japonaises. Il s’agit d’une opération classique de promotion de la région (territoires, filières économiques d’excellence, etc.) et de mise en relation d’entreprises. Les objectifs que nous poursuivons sont toujours les mêmes : attirer des investisseurs dans les territoires de la région pour continuer à être une région leader en Europe en termes d’investissements directs étrangers (IDE) et faciliter l’accès au marché japonais pour les entreprises régionales. Le Japon représente un potentiel économique important pour nos entreprises et c’est une priorité aussi en termes d’investissements dans la région pour créer des emplois ; cet évènement visait simplement à faciliter les choses pour les entreprises présentes et renforcer les liens avec tous leurs partenaires japonais."

L'opposition évoque aussi "deux jours de ski aux frais du contribuable". Le cabinet de Laurent Wauquiez n'était pas disponible à ce stade pour répondre à nos questions à ce sujet. 

Les dépenses publiques dans le viseur

L'opposition régionale espère "que la Cour des Comptes diligentera enfin un audit de l'Agence Auvergne Rhône-Alpes Entreprises, comme elle le proposait dans son rapport sur les comptes de la Région en 2019". L'opposition réitère ses critiques sur les dépenses de Laurent Wauquiez, déjà pointées par Mediapart pour un dîner très coûteux organisé à l'été 2022. Ce "dîner des sommets" fait l'objet d'une enquête du Parquet national financier (PNF). "Cette nouvelle affaire vient également renforcer nos interrogations sur les activités d'Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises sur lesquelles le contrôle des élus est très limité", affirment les élus socialistes, qui soulignent que l'agence est "financée à 80%" par la région.

De son côté, Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises indique à France 3 que "les montants ne sont pas consolidés à ce stade", mais que le bilan financier "pourra être diffusé (...) avec transparence".