Les potiers d'hier et d'aujourd'hui dialoguent dans une exposition virtuelle au musée de Saint-Romain-en-Gal

Les musées font partie des premiers lieux qui pourraient à nouveau accueillir du public en mai. En attendant une confirmation de cette bonne nouvelle, certains d'entre eux proposent des visites virtuelles plus vraies que nature. C'est le cas du musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal.

Le musée Gallo-Romain de Saint-Romain-en-Gal vous offre une visite "virtuelle" enrichie de sa nouvelle exposition consacrée aux potiers
Le musée Gallo-Romain de Saint-Romain-en-Gal vous offre une visite "virtuelle" enrichie de sa nouvelle exposition consacrée aux potiers © Département du Rhône

À 30 minutes au sud de Lyon, entre Méditerranée et Bourgogne sur la rive droite du Rhône, le musée et le site archéologique à Saint-Romain-en-Gal dévoilent plus de 2 000 ans d’histoire antique. Sur sept hectares, ce vaste ensemble géré par le Département du Rhône, transporte les visiteurs dans une des plus riches cités de la Gaule romaine des Ier et IVe siècles après J.-C. Depuis son ouverture en 1996, le musée livre au sein d’une architecture résolument contemporaine un panorama complet de la vie quotidienne au cours des premiers siècles de notre ère.

Seulement voilà. Il est actuellement fermé, comme bien d'autres lieux culturels, pour cause de restrictions sanitaires. 

Pour pallier cette situation, le département du Rhône, propriétaire de ce lieu, a décidé d'offrir aux amateurs une visite virtuelle de sa dernière exposition : "l'art et la matière". Son ambition :  faire dialoguer les productions des potiers de Vienna antique avec l’art de la céramique contemporaine. 

Un dialogue entre potiers du présent et du passé

Cette exposition, conçue au sein des collections permanentes, se propose en effet d’établir un dialogue entre les œuvres des potiers de l’antique Vienna et les créations contemporaines issues notamment de la poterie des Chals à Roussillon. Que nous racontent toutes ces céramiques sur les techniques employées, sur le quotidien des hommes et des femmes de ces différentes époques et sur leurs préoccupations artistiques ?

Des ateliers de potiers sont attestés dès l’Antiquité sur le territoire de l’actuel département du Rhône (hors Métropole lyonnaise), les plus notoires étant ceux repérés à Saint-Romain-en-Gal et Sainte-Colombe. Pour le Moyen-âge, les archéologues ont mis en évidence une activité potière (entre le 6e et le 16e siècle) sur les communes beaujolaises de Corcelles-en-Beaujolais, de Saint-Étienne-des-Oullières et de Saint-Georges-de-Reneins. Plus au sud, à Loire-sur-Rhône, au 19e siècle, il est fait mention de potiers dont la production est semble-t-il de piètre qualité.

Une visite virtuelle très... réaliste

Sur son site internet, le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal vous offre l'opportunité "virtuelle" de vous promener dans ses salles, de pointer la plupart des objets présentés, et de pouvoir, à votre guise, en obtenir les caractéristiques. Et pour parfaire votre visite, de nombreuses interviews des artistes et commissaires d'exposition sont proposées. 

Exposition au Musée gallo-romain de Saint-Martin-en-Gal

Une vingtaine d’artisans potiers dans le Rhône

Aujourd’hui, le Département peut se réjouir de la présence sur son territoire d’une vingtaine d’artisans potiers qui reflètent toutes les sensibilités artistiques actuelles de l’art de la céramique. Pratiquant les techniques du grès, de la faïence, de la porcelaine ou encore du raku, les potières et les potiers du Rhône accueillent volontiers le public dans leurs ateliers tout au long de l’année pour leur faire découvrir leur passion. À l’occasion de l’exposition "L’Art et la Matière", céramiques antiques et contemporaines, le musée a souhaité associer les potiers du Rhône en présentant une sélection unique de leur savoir-faire.

Le succès des expositions virtuelles

Dans un entretien aux Echos, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, a confirmé que certains musées seront les premiers à rouvrir, le 15 mai. En attendant, la possibilité de visiter ces expositions depuis son ordinateur semble avoir séduit un vrai public. Selon nos confrères d'Europe1, par exemple, "le Louvre aurait enregistré plus de 20 millions de connexions en 2020 et un nouveau site qui démarre fort, avec 550.000 visites pendant le week-end de lancement fin mars. De son côté, le Centre Pompidou fait sensation avec son expérience Kandinsky : plus de 500.000 connexions en un mois."

Suite à la fermeture du Musée Lugdunum en raison du contexte sanitaire, l'équipe innove et adapte ses outils afin de garantir sa mission de service public et de permettre aux visiteurs de garder un lien avec la culture. La nouvelle exposition du musée "Une salade, César ? La cuisine romaine de la taverne au banquet", est désormais accessible en ligne grâce à la visite virtuelle
Suite à la fermeture du Musée Lugdunum en raison du contexte sanitaire, l'équipe innove et adapte ses outils afin de garantir sa mission de service public et de permettre aux visiteurs de garder un lien avec la culture. La nouvelle exposition du musée "Une salade, César ? La cuisine romaine de la taverne au banquet", est désormais accessible en ligne grâce à la visite virtuelle © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

A Lyon, c'est le Musée des Beaux Arts qui tire visiblement son épingle du jeu. "Et c’est notamment grâce à une vidéo explicative sur "Les baigneuses de Picasso." Depuis le début de la crise sanitaire, le site du musée aurait ainsi attiré 70% de visiteurs de plus. Autre exposition lyonnaise virtuelle, dont la version "présentielle" a également été victime de la crise sanitaire : "Une salade César", consacrée aux repas des Romains, par le Musée Lugdunum. A voir absolument, si vous vous sentez trop confinés. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
expositions événements sorties et loisirs histoire culture