Lyon : le tribunal rejette un recours contre une plateforme logistique près de l'aéroport

Alors que deux associations écologistes s'opposaient à la création d'une immense plateforme logistique près de l'aéroport de Lyon Saint Exupéry, le tribunal administratif a rejetté leur recours, ce vendredi 31 mai. Le futur site pourrait être utilisée par l'entreprise Amazon à partir de 2020.

L'entrepôt sera la plus grande plateforme logistique de France. Il pourrait être utilisé par l'entreprise Amazon, en plus de ce centre qu'elle utilise à Chalon-su-Saône, et devrait créer 1 300 emplois.
L'entrepôt sera la plus grande plateforme logistique de France. Il pourrait être utilisé par l'entreprise Amazon, en plus de ce centre qu'elle utilise à Chalon-su-Saône, et devrait créer 1 300 emplois. © Gilles Dufour / Maxppp
Un obstacle de moins pour la plus grande plateforme logistique de France. Le tribunal administratif de Lyon a rejeté, ce vendredi 31 mai, une requête contre le projet de centre de distribution de la société Goodman, qui devrait sortir de terre en 2020, près de l'aéroport Lyon Saint Exupéry.

Le projet était au centre d'une polémique, portant notamment sur le risque de pollutions supplémentaires qu'il engendrerait, depuis l'obtention d'un permis de construire accordé par la mairie de Colombier-Saugnieu, le 31 août 2018.

 

Recours rejeté


Le tribunal administratif de Lyon confirme la légalité du permis de construire et rejette le recours déposé par 2 associations de riverains : l’Association Contre l’Extension et les Nuisances de l’Aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (Acenas) et la Fédération Régionale des Associations Contre le Train en zone Urbaine et pour le Respect de l’Environnement (Fracture).

Celles-ci avaient déposé deux recours en justice, pour tenter d'obtenir l'annulation du permis de construire, s'inquiétant des pollutions supplémentaires engendrées par le futur centre. Le site de Colombier-Saugnieu, sur lequel la plateforme doit être installée, fait partie du «Plan Protection Atmosphère» de l’agglomération lyonnaise dont la mission est de protéger les zones sensibles de toute activité polluante.

 

Pollution aérienne et routière


La première association redoute que l’activité de la plateforme logistique ne vienne augmenter la pollution, notamment aérienne et routière, et ne mette en danger les 33 espèces animales protégées présentes sur le site. La seconde association, "Fracture",  s’inquiète également du risque de pollution. Elle alerte sur le développement inéluctable de la voirie, nécessaire aux activités de fret du site logistique. Les différentes enquêtes publiques menées projettent une augmentation de 60% du fret: près de 1000 camions et 4 500 véhicules légers supplémentaires y circuleront quotidiennement, selon elles, soit autant d’émissions de gaz polluants en plus.


 

1 300 emplois promis


Cette plateforme logistique immense, de plus de 160 000 mètres carrés, dans la commune de Colombier-Saugnieu, pourra fournir un grand distributeur. La société Goodman, en charge de la construction, n'a pas dévoilé le nom de son client, mais elle compte notamment Amazon comme possible utilisateur du site. Elle indique qu'elle créera 1 300 emplois. Le site devait voir le jour à la fin 2019, mais les recours ont retardé ce calendrier. Il devrait être opérationnel en 2020, à moins que l'autre recours, toujours en instruction, n'aboutisse. C'est le dernier obstacle judiciaire à lever pour l'entreprise et la commune qui encourage ce projet.





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéroport lyon saint-exupéry économie transports aériens société justice