Lyon : une épicerie solidaire pour les jeunes dans une église catholique

Tous les lundis, l'église Saint André dans le quartier de la Guillotière à Lyon accueille les jeunes dans le besoin en leur distribuant une aide alimentaire. Ouverte depuis le 8 mars et gérée par d'autres jeunes de la Société St Vincent de Paul, l'"épicerie" de l'église a accueilli 164 jeunes.

L'"Epifree", épicerie solidaire des jeunes de St Vincent de Paul installée dans la nef de l'Eglise st André de Lyon
L'"Epifree", épicerie solidaire des jeunes de St Vincent de Paul installée dans la nef de l'Eglise st André de Lyon © photo Sébastien Godefroy-SSVP

C'est une jolie initiative de jeunes envers d'autres jeunes, dont la crise sanitaire a provoqué l'appauvrissement et parfois des difficultés à se nourrir tous les jours.

Depuis le lundi 8 mars, une fois par semaine, de jeunes bénévoles de l'association la Société de Saint-Vincent de Paul, aidés par les jeunes de la Pastorale du diocèse de Lyon, accueillent des étudiants de leur âge pour leur distribuer nourriture et produits de première nécessité. L'accueil se fait sur inscription.

L'originalité de cette distribution, c'est qu'elle a lieu dans l'église Saint André même, "au fond de la nef", précise le curé de cette paroisse du 7e arrondissement, Thierry Jacoud, également responsable de la Pastorale des Jeunes pour le diocèse de Lyon. C'est lui qui a proposé d'ouvrir cette église pour y abriter ce projet transversal, au côté d'autres initiatives comme des maraudes à la rencontre de sans-abris.

Le petit noyau de bénévoles de l'association Saint Vincent de Paul avait croisé le prêtre en octobre dernier lors d'une rencontre sur la précarité des jeunes avec les acteurs de plusieurs associations. Tous en quête de pouvoir se rendre utiles. Mais "ce sont les suicides ou tentatives de suicides de ces dernieres semaines qui ont agi comme un déclencheur", raconte Marie Lucas, doctorante et bénévole à l'association.

Et tout s'est enchainé: une participation à la collecte alimentaire dans des supermarchés dans lesquels une cinquantaine de bénévoles se sont déplacés. "Les dons ont été énormes. C'était colossal!", raconte Marie Lucas. "Et on a enchainé tout de suite. Le premier lundi (le 8 mars), on n'avait pas communiqué et donc on a été surpris de voir arriver une soixantaine de jeunes à l'église. L'information avait été bien relayée par le CROUS, des résidences étudiantes et la mairie du 7e arrondissement."

 

L'"Epifree"

Depuis, l'initiative a dépassé les prévisions. L'occupation temporaire du lieu de culte, très bien accueillie par les paroissiens, a même été soutenue car ils ont été nombreux à apporter des denrées alimentaires. "Les coffres débordaient", témoignent les bénévoles comme le Père Jacoud.

Chaque lundi donc de 17 à 19h, les jeunes accueillants attendent les accueillis avec un café ou un thé, avec l'autorisation de repousser l'heure du couvre-feu pour "assistance à personne vulnérable". Car il s'agit bien souvent d'étudiants ou de jeunes travailleurs isolés, pour qui la rencontre, l'échange a presque autant d'importance que le panier de nourriture, récupéré gratuitement à l'épicerie (d'où le nom "Epifree").

 

Les jeunes de la Pastorale donnent aussi la main. L'association Saint Vincent de Paul publie maintenant une newsletter hebdomadaire et un formulaire intitulé "je veux aider". "Du coup, raconte toujours Marie Lucas, beaucoup de bénéficiaires veulent aussi aider! "

 

"Nourriture intérieure"

"J'ai pu discuter avec Bacary, un étudiant de 21/22 ans", raconte le père Jacoud. "Il m'a dit être musulman et isolé. On voit bien que ces jeunes ne viennent pas chercher seulement à manger mais aussi retrouver un lien".

A l'issue de la deuxième soirée d'accueil lundi 8 mars, le curé de la paroisse s'est senti, dit-il "profondément heureux".

"J'ai senti quelque chose de l'ordre de la communion. Il y avait une paix qui se dégageait de ces rencontres entre jeunes d'origine sociale ou géographique très différentes. Et dans l'accueil il y avait une douceur. Ils m'ont tous impressioné par leurs qualités humaines et spirituelles."

Père Thierry Jacoud, curé de Saint André et responsable de la Pastorale des Jeunes du Diocèse de Lyon

 

Pour les jeunes se l'Association Saint Vincent de Paul, il y a encore un peu de stupéfaction de voir l'initiative prendre tant d'ampleur. 

"C'est un moment de joie de voir ces visages reconnaissants. Mais aussi toutes ces belles énergies qui se joignent à nous et nous aident. Ca remplit d'espérance et ça montre que face à tout cela, les gens ne pas passifs."

Marie Lucas bénévole à l'association Saint Vincent de Paul

Prochain accueil : le lundi 22 mars entre 17 et 19h. Pensez à vous inscrire : https://www.weezevent.com/epifree-saint-andre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société religion jeunesse famille