Maladie de lyme : l'ordre des médecins du Rhône demande la radiation d'un médecin

L'ordre des médecins du Rhône a réclamé ce jeudi 16 septembre, la radiation d'un professeur pour avoir prescrit des antibiotiques au long cours à des patients souffrant de formes sévères de la maladie de lyme.

L'ordre des médecins du Rhône réclame la radiation d'un médecin qui aurait prescrit des antibiotiques au long cours à des patients souffrant de formes sévères de la maladie de Lyme.

 

"C'est une conjuration, un procès de Moscou, avec des arguments faux"

a déclaré le neuropsychiatre lyonnais, Paul Trouillas, à l'issue d'une audience de plus de trois heures devant la chambre disciplinaire.

Près de 200 personnes, selon l'association France Lyme, sont venues devant la salle d'audience avec de larges pancartes, où était notamment écrit "Pas d'obstruction aux traitements qui sauvent", pour soutenir celui qui fut un pionnier de la neurologie pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux.
    

"Il n'y a jamais eu de plainte de patients, ni même de signalement. Ce sont ses pairs qui l'attaquent ! Il a des résultats, c'est surtout ça qui embête"

a fustigé la responsable régionale de l'association, Stéphanie Clerc.

Le conseil départemental de l'Ordre des médecins reproche au Pr Trouillas d'avoir traité une jeune fille souffrant de "la forme neurologique tardive de la
borréliose de Lyme" selon lui, ce que contestent d'autres médecins, par des antibiotiques au-delà de 28 jours et de les lui avoir prescrits hors autorisation de mise sur le marché. Le neurologue a assuré suivre "les recommandations de la Haute autorité de Santé".
Si cette patiente "avait été diagnostiquée de manière précoce, si on ne l'avait pas traitée d'hystérique, sa vie ne serait pas brisée", a-t-il déploré.

 

Une confusion qui dure depuis des années
  

Une polémique sur le diagnostic et le traitement de la maladie de Lyme, transmise par la tique, plonge médecins et patients dans la confusion depuis plusieurs années. Pour l'avocat du neurologue, Me Thomas Bénagès, la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), dont les recommandations diffèrent de celles de la HAS, "ne cesse de décrédibiliser" la plus haute autorité médicale.

L'avocat du CDOM, Me Jérôme Cayol, estime que "le plus grave dans cette affaire, c'est que les décisions devraient être prises de manière collégiale", reprochant au mis en cause d'avoir maintenu son traitement "malgré les avis de ses confrères, des hôpitaux".
"Même s'il donne satisfaction à certains patients, sa méthode est dangereuse et je vous demande de prendre une décision qui lui interdise d'exercer la médecine", a poursuivi l'avocat.

 

L'ordre réclame également la radiation du praticien après des signalements de médecins-conseils de l'Assurance maladie sur des griefs similaires concernant une trentaine de patients. Deux d'entre eux, contraints par la maladie à se déplacer en fauteuil roulant ou avec une canne, ont témoigné à l'audience d'une amélioration de leur état de santé.
    

"Cela a commencé en janvier 2017 par une grosse grippe, dont j'ai eu du mal à me relever et en août, je ne pouvais plus marcher"

a confié Julien Thomas, 43 ans, directeur de magasin à Roanne (Loire).

Après plusieurs mois d'"errance médicale", où "vous ne pouvez pas poser de mots sur ce que vous avez", le professeur Trouillas lui diagnostique la maladie de Lyme et lui fait suivre pendant "deux ans et demi des traitements très lourds", alternant des cycles d'antibiothérapies.
"Je pensais ne jamais retrouver ma jambe gauche et aujourd'hui, je fais du sport et j'ai eu un enfant", s'est réjoui le quadragénaire. La décision a été mise en délibéré.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société justice