"Monter les marches de Cannes, ce n'est pas rien !", six adolescents touchés par le cancer se préparent pour le festival de cinéma

Plus sur le thème :

On les croirait tout droit sortis d'un film d'action, James Bond ou Mission Impossible. Mathis, Aedan et Swan ont enfilé un smoking ce samedi matin dans une boutique du centre commercial Part-Dieu. Une opération essayage avant de monter les marches de Cannes. Les trois adolescents ont été choisis par l'association Les Étoiles pour assister au festival de cinéma. On vous explique pourquoi.

Si ces trois adolescents avaient rendez-vous ce samedi matin avec leurs parents dans une boutique du centre commercial Part-Dieu, c'est justement parce qu'ils ont été choisis par l'association Les Étoiles. Pour la quatrième année consécutive, le projet "Les Étoiles font leur Cinéma" entend apporter un peu de magie à des enfants touchés par un cancer. Du 18 au 25 mai prochain, ils vivront la 77ᵉ édition du festival de Cannes en véritables VIP.  Le programme s'annonce chargé, les jeunes sont impatients.

Parés pour le tapis rouge

"Il est beau mon fils". C'est le cri du cœur émouvant d'une maman. Estelle peine à détacher les yeux d'Aedan, 17 ans. Le fin jeune homme se tient devant elle, droit dans son costume. Pas besoin de l'approbation de ses parents. L'adolescent n'en revient pas de sa prestance et de son allure.  Si le papa est sans voix, son sourire illumine son visage. Son regard parle pour lui. Rien ne manque dans la tenue du jeune dandy. Veston noir à revers satinés, chaussures impeccablement lustrées, chemise col cassé et incontournable nœud papillon des grandes occasions. Jusqu'à l'élégante pochette blanche.  Le personnel de la boutique est aux petits soins."C'est beau. Je n'imaginais pas ça ! Et on est bien dedans", constate Aedan sourire aux lèvres, avec un brin de surprise dans la voix. Ses parents sont sous le charme. 

À 14 ans, Mathis et Swan se préparent, eux aussi, pour la première fois de leur vie à enfiler un smoking. Une tenue de cérémonie peu habituelle pour les deux collégiens qui préfèrent d'ordinaire le survêtement et les baskets. Mais les deux jeunes garçons ne semblent pas impressionnés. Juste un peu impatients à la perspective d'avoir aussi fière allure que le plus âgé de la bande. 

Même émotion pour Florian, le papa de Mathis. Ce dernier, ce sont les films d'action qu'il préfère. Et surtout avec Keanu Reeves en vedette. Alors l'idée de porter un smoking noir et de ressembler à son héros l'enthousiasme. "C'est une belle revanche", ajoute Florian. Il y a un an et demi, Mathis bénéficiait d'une greffe, confie-t-il. Une étape difficile dont le souvenir s'éloigne petit à petit. Un peu plus facilement grâce à des initiatives comme celles de l'association Les Étoiles. 

Parenthèse étoilée

Ainsi, six jeunes de la région, trois adolescents et trois adolescentes âgés de 12 à 17 ans, vont pouvoir assister à des projections et peut-être tutoyer le gratin du plus grand festival de cinéma du monde pendant plusieurs jours. Ils viennent de la Métropole de Lyon, de l'Isère ou encore de la Drôme. Ces adolescents sont suivis par l'IHOP, l'Institut d'hématologie et d'oncologie pédiatrique de Lyon.

Cette semaine sur la Côte d'Azur, c'est une parenthèse loin des parents et au plus près des stars. Rien ne doit leur rappeler l'hôpital, les blouses blanches ou les traitements. Une parenthèse étoilée après des années de lutte contre la maladie. Pour Aedan et Swan, c'est une sorte de point final au cancer ou à la leucémie. Mais rien ne se fait sans le feu vert du corps médical, explique Alexandre Blanc, vice-président de l'association. Il accompagnera les jeunes à Cannes, avec Sophy Gordien, la présidente de l'association et une bénévole, Annelaure Labalette.

Le casting est sévère et l'expérience ne peut pas être proposée à la légère. Rien ne doit compromettre l'état de santé des enfants ou leur protocole. Les enfants qui participent doivent également pouvoir "bien profiter" de leur séjour. Le programme s'annonce chargé pour ces jeunes : montée des marches, projections, rencontres avec des professionnels du cinéma. Et qui sait ? Probablement un peu de temps pour la plage. 

"Une chance"

Si Aedan et Swan n'ont plus de traitement, Mathis doit encore prendre un cachet à prendre à heure fixe tous les jours afin de tenir la maladie à distance. Florian, son papa, oscille entre confiance et inquiétude. "La première chose qu'on a demandée, c'est : est-ce qu'on peut accompagner les enfants ?", explique le papa. La réponse a été évidemment négative. "Le laisser partir seul, pour nous, c'est compliqué". En véritable papa poule, il ne nie pas être "très protecteur". Mathis partira pour la première fois sa famille.

Pour Karine, la maman de Swan, c'est son enthousiasme qui a convaincu son garçon lorsque l'association l'a contactée. "Quand il a vu ma joie, il a tout de suite accepté de participer et de partir". Elle est encore bouleversée lorsqu'elle pense à l'incroyable proposition de l'association. "Après tout ce que ces enfants ont vécu, ça fait chaud au cœur", explique-t-elle.

Estelle, en revanche, avait peur que son fils n'accepte pas la proposition et se prive de cette expérience unique. Elle n'a pas été déçue. "Monter les marches de Cannes, c'est une chance. Ce n'est pas rien. C'est une belle expérience", assure aujourd'hui le jeune homme.

Les trois adolescents ont conscience de vivre une occasion inespérée et ne cachent pas leur impatience de se retrouver sur la Croisette. Une fois retouchées pour être parfaitement à leur taille, leurs tenues de cérémonie leur seront expédiés dans une boutique cannoise où ils pourront les récupérer pour la cérémonie des marches. Ils pourront ensuite les conserver en souvenir.

Casting féminin

Arwen, Laly et Faustine vont également participer pleinement à l'aventure. Alors que les garçons avaient rendez-vous dans une boutique, ces jeunes filles étaient reçues par une couturière venue spécialement des Hautes-Pyrénées, non loin de là, pour les essayages de leurs robes de cérémonies, vaporeuses et colorées. Des créations sur mesure. 

Lors des trois premiers séjours, ce sont 17 enfants et adolescents soignés aux CHU de Reims ou de Nice qui ont vécu la magie du Festival de Cannes de l'intérieur.