• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

La start-up lyonnaise “Ma petite garde-robe” dans le droit fil de la tendance DIY

© DR
© DR

La start-up "Ma petite garde-robe" née en février 2018 lance une box originale et inédite. Elle permet de confectionner soi-même un vêtement féminin. A l'intérieur de la boîte, un vêtement en kit et surtout une idée astucieuse et brevetée pour les couturières débutantes... 

Par Dolores Mazzola

Coudre soi-même ses vêtements plutôt que les acheter, une tendance qui s'accentue ces dernières années. La  lyonnaise Angélique Lefranc, couturière et tricoteuse depuis ses jeunes années, a eu l'idée de surfer sur cette vague "DIY" (Do It Yourself) pour lancer sa petite entreprise baptisée "Ma petite garde-robe". Accompagnée par l'incubateur "Les Premières", elle a été récompensée par le 3e prix du concours Lyon Start Up.
© dr
© dr

La micro-entreprise née en février 2018 propose des box originales. A l'intérieur, un kit complet pour réaliser sa robe, son top ou sa jupe. Les modèles s'adressent aux femmes de 20 à 50 ans. Angélique Lefranc, ingénieur de formation, a planché sur ces vêtements et le patronage avec l'aide de modélistes du Village des créateurs, à Lyon. Pour l'heure, "Ma petite garde-robe" propose cinq modèles à réaliser soi-même. Des modèles accessibles et facilement réalisables par des couturières peu expertes.


Plus qu'un vêtement à réaliser et coudre soi-même, je vends un moment de couture, résume Angélique Lefranc, créatrice de Ma petite garde-robe. 
 

Un système de patronnage innovant

La petite boîte magique contient le coupon et son patron, la mercerie (boutons, galons...etc), le fil assorti et l'aiguille machine adaptée au tissu. "Avec cette box, on ne fait aucun achat supplémentaire," explique la chef d'entreprise. L'astucieuse nouveauté: le patron déjà thermocollé sur le tissu. Exit la pose compliquée du patron dans le droit fil, la craie et les épingles. Il suffit de découper le tissu à la taille voulue (les modèles sont proposés de la taille 34 à la taille 46).
© DR
© DR

Les débutantes peuvent souffler car l'étape est essentielle dans la réalisation du vêtement est ainsi largement facilitée. Les patrons que l'on trouve dans le commerce sont souvent réservés à des couturières expertes. Le petit plus de cette technique baptisée "easy pattern", fruit de plusieurs mois de travail et d’innovation : le patron est réutilisable. Il suffit de l'appliquer à l'aide d'un fer sur le tissu de son choix. Les couturières qui font leurs premiers pas peuvent également bénéficier d'un accompagnement via un petit livret explicatif contenu dans la box ou de tutoriels en ligne. Le degré de difficulté est indiqué sur chaque modèle..

Les couturières qui font leurs premiers pas peuvent également bénéficier d'un accompagnement via un petit livret explicatif contenu dans la box ou de tutoriels en ligne. Le degré de difficulté est indiqué sur chaque modèle. 

Avec le développement du prêt-à-porter dès les années 70, la couture vécue comme un apprentissage contraignant ou une activité ringarde, il y a eu une sorte de rupture de transmission pour toute une génération. Souvent les plus jeunes ne savent pas coudre, ni tricoter... explique Angélique.

Parmi ses futurs projets : pourquoi pas une gamme destinée aux adolescentes qui auraient envie d'apprendre ou de se perfectionner ? Elle y pense sérieusement. 

Enfin, l'autre idée défendue par Angélique Lefranc : le made in France. Ses produits sont conçus en grande partie localement. La boîte de carton est réalisée à Villeurbanne, le tissu du vêtement à Villefranche, l'application du patron à Saint-Etienne...  

Les kits sont en vente sur le e-shop du site  mapetitegarderobe.fr depuis le 11 juin.

 

Sur le même sujet

Angélique Lefranc, invitée du 12/13 Rhône-Alpes.

Les + Lus