Tabassage d'un policier à Lyon : 5 ans de prison avec 30 mois de sursis pour deux agresseurs

Publié le
Écrit par Alexandra Marie Ertiani

Un policier avait été roué de coups le 14 juin 2020 alors qu'il rentrait de soirée avec sa compagne à Lyon dans le quartier de Gerland. Deux auteurs de l'agression ont été condamnés à 5 ans de prison dont 30 mois assortis d'un sursis probatoire.

En juin 2020, alors qu’il était en civil et n’était pas en service, un policier était violemment agressé par une dizaine de personnes au pied de sa résidence dans le 7e arrondissement de Lyon. Le procès s’est tenu en novembre 2021 et la décision a été rendue ce mardi 4 janvier. 

Deux des prévenus âgés d'une vingtaine d'années, ont été condamnés à 5 ans de prison dont 30 mois assortis d'un sursis probatoire.
Les huit autres prévenus ont été relaxés, le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas assez de charges  pour les condamner.

Rappel des faits 

Le 14 juin 2020 à 4h du matin, Alexandre, policier n’est pas en service. Il rentre chez lui avec sa compagne dans le 7 e arrondissement de Lyon. Soudain, une Peugeot 106 pile devant eux. S’en suit une altercation avec le conducteur et le passager de la voiture. Ils sont mineurs et insultent le policier avant de rapidement alerter une dizaine d’autres jeunes gens réunis dans un square non loin de là. Le groupe fonce en direction du couple. Alexandre parvient à exfiltrer son amie dans le sas de leur immeuble. Elle reçoit un coup de poing avant de se réfugier.

Alexandre, lui, est victime d’une avalanche de coups. Les agresseurs ont une vingtaine d’année. Ils le projettent au sol et le frappent violement jusqu’à ce qu’un voisin crie par la fenêtre que la police arrive. Le groupe prend alors la fuite. Les collègues d’Alexandre arrivent quelques instants plus tard pour le relever. Le fonctionnaire s’en sort avec une triple fracture de la cheville, 45 jours d’incapacité totale de travail et des séquelles qui aux dires de son avocat Me Laurent Bohé ne s’effaceront pas malgré les opérations à venir. Aujourd’hui Alexandre a repris son travail sur la voie publique mais la marche et la course lui sont encore difficiles.

Agression sur personne dépositaire de l'autorité publique 

Les agresseurs ont toujours nié avoir connaissance des fonctions de la victime, ce que réfutait Alexandre convaincu qu'il s'agissait d'un guet-apens. 

Un des deux individus condamnés vit et travaille en région parisienne et a déjà passé un an en détention. Il pourrait obtenir un aménagement de peine. Quant au second, il était placé en détention provisoire et devrait poursuivre sa peine. 

Le 5 novembre dernier, la procureure avait requis des peines de 2 ans et demi de prison ferme contre huit prévenus notamment pour violence aggravée sur agent dépositaire de l’autorité publique. Pour les deux autres elle avait requis la relaxe.