Témoignage. Interdiction des écrans pour les moins de 3 ans, une assistante maternelle réagit au projet de loi

Publié le Mis à jour le Écrit par Jean-Christophe Adde et AFP

Une proposition de loi a été déposée en avril par deux députés. Elle viserait à interdire d'exposer les enfants de moins de trois ans aux écrans. Crèches et assistantes maternelles sont concernées. L'une d'elle raconte son quotidien qui se déroule sans écran.

À l’origine du texte de loi présenté en avril dernier à l'Assemblée Nationale, il y a Antoine Vermorel-Marques, député LR. "Nous souhaitons interdire d'exposer les enfants de moins trois ans aux écrans, quels qu'ils soient, télévision, téléphone, tablette, dans les crèches comme chez les assistantes maternelles", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ne plus utiliser d'écrans

Le Premier ministre Gabriel Attal s'est d'ores et déjà dit "très favorable" à ce que la proposition de loi des deux députés LR soit "reprise et adoptée".
Selon ce texte, le professionnel ne devrait plus utiliser son téléphone devant l'enfant, sauf nécessité de service.

"La télé est éteinte"

Cette proposition de loi ressemble à "un effet d'annonce", selon Laurence, assistante maternelle dans l'Ouest lyonnais. Son quotidien à elle se déroule sans écran. "Pendant les heures d'accueil, la télévision est éteinte, c'est clairement stipulé dans mon projet d'accueil".

Elle connaît des assistantes maternelles qui laissent la télévision allumée toute la journée, "devant n'importe quels programmes".

Le métier se professionnalise heureusement. On a 120 heures de formation, une partie est consacrée aux risques liés à l'usage des écrans. Je sais qu'ils sont nocifs pour les plus petits. Il y a tellement de choses à faire sans télé.

Laurence Grolet, assistante maternelle

Quels contrôles

Face à cette proposition de loi, elle s'interroge. "C'est à double tranchant. On est des professionnelles, c'est un peu comme si on ne nous prenait pas au sérieux, et qui viendra vérifier ?". Selon elle, "il faut sensibiliser les assistantes maternelles, mais de là à en faire un texte de loi".

"Rêvasser, c'est plus constructif"

Chez elle, pas d'écrans donc, mais beaucoup d'activités. Sorties au parc "quand il fait beau". Pour les deux petits, de deux ans et demi et de trois ans, qu'elle garde en ce moment, elle a concocté un programme différent toutes les semaines. Lecture, peinture, ateliers manuels, chants… Elle déborde d'idées. Une façon de faire que les spécialistes recommandent. 

Les écrans ne sont pas utiles au développement de l'enfant a minima jusqu'à six ans, et enlèvent du temps aux activités qui lui sont nécessaires. Jouer, explorer la matière, la musique, la danse, le jeu libre, écouter des histoires, ne rien faire même, rêvasser, c'est plus constructif pour lui.

Servane Mouton, neurologue

"J'ai attendu l'heure de la sieste"

La neurologue Servane Mouton, coprésidente de la commission d'experts sur les écrans, ajoute que "les écrans favorisent aussi la sédentarité et peuvent avoir des effets délétères sur le sommeil, le développement de la vision".

Dans sa maison de l'ouest lyonnais, Laurence le sait bien. Quand nous avons tenté de la contacter, elle n'a pas répondu au téléphone. Elle a attendu l'heure de la sieste pour répondre à nos questions. "Je n'ai jamais mon téléphone à côté des enfants", a-t-elle précisé dans un sourire bienveillant.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :