Éboulement en Savoie. "Je perds 40 000 euros par jour" : la détresse des transporteurs face à la fermeture de l'autoroute A43

Depuis l'impressionnant éboulement qui s’est produit le 27 août dans la vallée de la Maurienne, en Savoie, impossible pour les transporteurs de rejoindre l’Italie par le tunnel du Fréjus et l'A43, coupée à la circulation pour une durée indéterminée. Résultat : l’accès au tunnel du Mont-Blanc est saturé, de nombreux camions sont bloqués et certaines sociétés de transport évoquent un impact économique "dramatique".

"J’ai une trentaine de camions bloqués en Italie depuis deux jours et un camion bloqué entre Modane et le tunnel du Fréjus" se désole Bruno Laffond, PDG d’une compagnie de transports iséroise. La moitié de sa flotte est immobilisée depuis l’important éboulement qui s’est produit dans la vallée de la Maurienne le 27 août, coupant plusieurs axes routiers.

Aujourd’hui, le chef d’entreprise se dit "démuni" : le tunnel du Fréjus, quotidiennement emprunté par ses chauffeurs-routiers pour rejoindre l’Italie, est interdit aux poids lourds jusqu’à nouvel ordre. "Si ça continue, une trentaine d’employés sera arrêtée et je ne pourrai plus continuer dans des conditions pareilles."

Je perds jusqu'à 40 000 euros par jour.

Bruno Laffond, PDG d’une compagnie de transports iséroise

"Nous sommes otages de cette situation, on ne peut rien faire et l’Etat ne nous dit rien" souffle le dirigeant qui souhaiterait en savoir davantage sur la date de réouverture de l'autoroute et du tunnel du Fréjus et sur une éventuelle possibilité de passer par le tunnel de Montgenèvre, dans les Hautes-Alpes, normalement interdit aux poids-lourds. "J’attends des nouvelles de la préfecture car j’aimerais avoir une autorisation" ajoute Bruno Laffond.

L’accès au Mont-Blanc saturé, d’autres itinéraires conseillés

Depuis la fermeture du tunnel du Fréjus aux poids-lourds, l’accès au tunnel du Mont-Blanc est complètement saturé, avec un temps d’attente estimé à 4h30, le 29 août, au plus fort de la journée. Le trafic est d'ailleurs diffusé en temps réel sur le site de l'ATMB, la société des Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc.

Dans un communiqué, la préfecture de la Haute-Savoie "invite les conducteurs de poids lourds à ne pas s’engager en direction de la vallée de l’Arve (…) mais d’emprunter les routes alternatives recommandées" telles que l’A8 et Vintimille.

"Cela fait plus de 600 kilomètres de détour, répond Bruno Laffond, vu le prix du transport, je perdrais de l’argent". Stéphane Jacquemmoz, directeur général des transports Jacquemmoz, a dû mettre une partie de ses employés au chômage partiel. “C’est dramatique économiquement pour nos camions”, affirme-t-il auprès de nos confrères de France 2.

Le tunnel du Mont-Blanc fermera-t-il dans quelques jours ?

Le tunnel du Mont-Blanc devrait fermer à partir du 4 septembre et jusqu’au 18 décembre, une fermeture prévue de longue date pour des travaux de rénovation. Mais un report du chantier "est sur la table" selon la préfecture de la Savoie.

"On a un tunnel fermé par accident et un tunnel qui devrait fermer" résumait ce 30 août Éric Fournier, le maire de Chamonix et président de la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix à nos collègues de franceinfo, "on peut dire que le trafic transalpin est en état d’urgence absolue".