• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Les “gilets jaunes” d'Albertville, délogés du péage de Saint-Hélène, montent le camp sur un rond-point

Les "gilets jaunes" se sont massés sur un rond-point à la sortie d'Albertville. / © Yves-Marie Glo / France 3
Les "gilets jaunes" se sont massés sur un rond-point à la sortie d'Albertville. / © Yves-Marie Glo / France 3

Il y avait de nombreux automobilistes sur les routes des stations de sport d'hiver, ce samedi 9 février, avec l'arrivé des premiers vacanciers de la zone B... mais aussi beaucoup de jaune aux ronds-points. A Albertville, la cohabitation s'est plutôt bien passée.

Par M.D.

Les "gilets jaunes" d'Albertville ne se sont pas laissés abattre. Ils avaient prévus de monter le camp à la gare de péage de Saint-Hélène, à la sortie d'Albertville, mais ont été délogés par les forces de l'ordre, venues en nombre pour ce premier jour de vacances des écoliers de la zone B. Et certains automobilistes n'auraient pas dit non à une opération péage gratuit...

"Ils défendent la cause pour tout le monde. Mais là on est passés et ils ne sont pas là... On a payé", déplore David, un automobiliste qui passe en Savoie pour les vacances. Mais les "gilets jaunes" ont persévéré et se sont regroupés à la sortie d'Albertville, sur un rond-point en direction du Beaufortin et du Val d'Arly. Pour cette 13e journée de mobilisation, on parle de la loi anti-casseur, comme à Grenoble où ils étaient quelques centaines à se réunir contre l'adoption de ce texte.
 
Albertville : les "gilets jaunes", délogés d'un péage, montent le camp sur un rond-point
>> Jérôme Ducrot et Yves-Marie Glo

"Je ne trouve pas ça normal qu'on casse, qu'on vandalise... Il faut arriver à trouver la solution",  estime Bernard, un "gilet jaune". "Stop au président flashball", pouvait-on également lire sur une pancarte revêtue par un manifestant. Beaucoup de vacanciers klaxonnent en passant devant l'attroupement de manifestants, semblant plûtot amusés par l'accueil.

 

Sans oublier les revendications de base


Les "gilets jaunes" n'oubient pas pour autant leurs revendications sur l'emploi, le chômage ou les retraites"Il m'a piqué 40 euros par mois et 40 euros de plus à mon mari. Si on calcule sur un an ce que ça fait, ça m'énerve. Je ne suis pa pauvre, j'ai la chance de pouvoir vivre correctement mais pourquoi s'adresser aux retraités ?", questionne Sylvie, une autre manifestante.
 

"Dans les entreprises, on défiscalise les heures supplémentaires qui n'améneront rien du tout aux salariés, bien au contraire. Et on laisse sur le carreau 3,5 millions de chômeurs et les entreprises sont bien d'acord : elles ont d'avantage de rentabilité et elles payent moins cher", reprend Daniel.

Des "gilets jaunes" qui seront bien présent samedi 16 février pour le chassé-croisé de la zone B et de la zone A. Pour cette première arrivée de vacanciers, il fallait compter 2h45 pour relier Lyon à Albertville contre 1h15 en temps normal.

 

Sur le même sujet

Haute-Loire : des habitants s’opposent à un projet de microcentrale hydroélectrique à Yssingeaux

Les + Lus

Les + Partagés