Chambéry : un homme de 39 ans arrêté après l'agression d'une étudiante sur le campus de l'université

Un homme de 39 ans a été interpellé, ce mercredi 14 octobre, après l'agression d'une jeune fille de 22 ans sur le campus universitaire Savoie Mont-Blanc à Jacob-Bellecombette, près de Chambéry. Une information judiciaire pour tentative de viol a été ouverte.

Illustration. La police de Chambéry a interpellé, ce mercredi 14 octobre, suspecté d'avoir agressé une étudiante de 22 ans à Jacob-Bellecombette (Savoie).
Illustration. La police de Chambéry a interpellé, ce mercredi 14 octobre, suspecté d'avoir agressé une étudiante de 22 ans à Jacob-Bellecombette (Savoie). © Vincent Michel/MaxPPP
Les policiers de Chambéry (Savoie) ont mis la main, mercredi 14 octobre, sur un homme suspecté d'être l'auteur d'une agression sur une jeune fille de 22 ans. Les faits remontent au 5 octobre dernier.

Garée sur le parking du campus universitaire Savoie Mont-Blanc à Jacob-Bellecombette, l'étudiante a vu un homme s'introduire par les portes arrières du véhicule. Il a tenté de l'étrangler. Elle s'est débattue et a hurlé, ce qui a mis son assaillant en fuite.
 

Déjà condamné

Après une enquête notamment menée par l'exploitation des images de video-surveillance ainsi qu'un appel à témoin, l'agresseur présumé a pu être retrouvé et interpellé ce mercredi 14 octobre, en Isère. Une information judiciaire a été ouverte pour tentative de viol.

L'homme de 39 ans, habitant de l'Isère, a déjà été condamné pour un viol et des agressions sexuelles. Un juge d'instruction a été nommé et le parquet de Chambéry a demandé son placement en détention provisoire.

Le parquet de Chambéry tient à saluer "l'efficacité et la rapidité des policiers de la sûreté départementale qui a pu, en moins de dix jours, mettre la main sur un délinquant sexuel récidiviste".

Cette attaque avait suscité un vif émoix sur le campus de Jacob-Bellecombette"Depuis ces événements, l’université Savoie Mont-Blanc et le commissariat de police de Chambéry ont renforcé la surveillance à proximité et sur le campus", avait affirmé l'université dans un communiqué.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers