Crash d'un hélicoptère en Savoie : l'appareil terminait probablement "un exercice d'hélitreuillage", selon le parquet

Publié le Mis à jour le
Écrit par M.D.

Les enquêteurs sont sur les lieux de l'accident ce mercredi, au lendemain du crash d'hélicoptère qui a fait cinq morts en Savoie. Leur travail est rendu difficile par les conditions météo.

L'enquête sur le crash d'un hélicoptère à Bonvillard (Savoie) fait ses premiers pas au lendemain des faits. Cinq personnes - deux secouristes de la CRS Alpes et trois membres du Service aérien français (SAF) - ont trouvé la mort dans cet accident, mardi 8 décembre.

L'enquête diligentée par le parquet d'Albertville doit faire la lumière sur les causes du crash. Les investigations sont confiées à la Section de recherches de la gendarmerie des transports aériens (GTA) en co-saisine avec la Section de recherches de Chambéry, le groupement de gendarmerie de la Savoie, le Peloton de gendarmerie de haute montagne de Bourg-Saint-Maurice (PGHM) et l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

"Selon toutes probabilités, l’appareil était en train de terminer un exercice d’hélitreuillage lors de la survenue de l’accident", indique la procureure Anne Gaches dans un communiqué en date de mercredi. "Dès la fin de la soirée (mardi) et en dépit de conditions climatiques particulièrement difficiles, dues à la neige et au brouillard, trois enquêteurs de la GTA, de la Section de recherches de Chambéry et de l’identification criminelle se sont rendus par voie pédestre sur les lieux de l’accident afin de réaliser les premières constatations", poursuit la magistrate, ajoutant que "tous les moyens techniques et judiciaires sont mis en œuvre" pour élucider les causes de l'accident.

Le brouillard épais et les chutes de neige pourraient être en cause, selon un représentant du syndicat Unsa Police contacté par France 2"Le crash est principalement dû à une météo exécrable et un temps changeant qui a viré très rapidement (...) Le décollage n'aurait pas eu lieu si les prévisions météo étaient défavorables", a indiqué Olivier Reynaud, secrétaire de la zone CRS sud-est pour le syndicat.

 

Conditions difficiles


Le crash s'est produit sur une façade boisée du massif du Grand Arc, à 1800 mètres d'altitude, alors que l'équipage effectuait une mission d'entraînement de secours en montagne. Le pilote de l'appareil, seul survivant, a donné l'alerte aux environs de 19 heures mardi. Une quinzaine d'hommes a été mobilisée dans une intervention terrestre pour lui porter secours. Hospitalisé au CHU de Grenoble pour de multiples fractures, son pronostic vital ne serait plus engagé.
 
En fin de matinée, les corps des victimes se trouvaient toujours dans l'hélicoptère disloqué. Ils doivent être extraits dans l'après-midi. Avarie technique ? Mauvaises conditions météo ? Toutes les hypothèses restent envisagées alors que le début de l'enquête a été compliqué, notamment par la neige tombée pendant la nuit.

Une cellule d’accompagnement pour les familles a également été mise en place mardi soir à l’hôpital d’Albertville par la préfecture de la Savoie, fait savoir la procureure d'Albertville.