Des reblochons de Savoie rappelés à cause d'un risque de listériose

Des fromages provenant de plusieurs lots sont rappelés en raison de la présence de la bactérie Listeria, responsable de la listériose. Ces reblochons de Savoie ont été commercialisés dans toute la France, les consommateurs sont appelés à la prudence.
Des reblochons ont été rappelés en raison d'un risque de listériose. (Illustration)
Des reblochons ont été rappelés en raison d'un risque de listériose. (Illustration) © Christian Watier / MAXPPP

Des reblochons de Savoie de trois marques distinctes font l'objet de rappels en raison de la présence de Listeria monocytogénès, bactérie responsable de la listériose. Les signalements ont été émis lundi 2 et mardi 3 août par l'institution Rappel consommateur. Ils concernent des reblochons des marques La Dent du Chat (lot 311630), Patrimoine gourmand (lot 311627) et Métro chef (lot 311630). Ces fromages ont été vendus dans la France entière chez des distributeurs différents selon les marques. Certains ont pu être distribués dans des Ehpad ou dans certains restaurants.

Il est demandé de ne plus consommer ces produits et de les rapporter au point de vente ou bien de les jeter. Les personnes en ayant consommé et présentant des symptômes de la listériose tels que de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, et des courbatures, sont invitées à "consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation", fait savoir l'institution gouvernementale.

Une contamination à la Listeria peut entraîner des formes graves de la maladie, se traduisant notamment par des troubles digestifs et pouvant aller jusqu'à des troubles neurologiques tels que la méningite ou l'encéphalite. Des atteintes maternelles ou fœtales chez la femme enceinte peuvent également parfois survenir.

"Les femmes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes", prévient Rappel consommateur dans sa fiche. Le délai d'incubation de la maladie peut aller jusqu'à huit semaines, les consommateurs sont donc appelés à la prudence.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agro-alimentaire agriculture économie alimentation société consommation santé