L'esca, fléau des vignes, sévit aussi en Savoie

Un pied malade doit être arraché puis remplacé
Un pied malade doit être arraché puis remplacé

Elle est redoutée par tous les vignerons. L'esca, la maladie du cep, touche entre 5 et 10% des vignes en Savoie. En l'absence de tout traitement, c'est la méthode de taille qu'il faut remettre en question. 

Par Jean-Christophe Pain

L'esca, c'est la cata... pour les vignerons ! D'autant plus une catastrophe qu'on ne lui connaît plus de parade. L'arsénite de sodium, "l'amiante de la vigne", hautement cancérigène, est en effet interdit depuis 2001.

En Savoie, l'esca cause chaque année la perte de 5 à 10% des ceps, les pieds de vigne. En France, elle ferait perdre jusqu'à 1 milliard d'euros chaque année !

Sur cette image, 90% du pied (partie jaunâtre) est nécrosé
Sur cette image, 90% du pied (partie jaunâtre) est nécrosé

Seule méthode de lutte contre l'esca : la taille. Moins elle est précise, plus la surface de "plaies" est importante. C'est la porte d'entrée de l'esca et ses champignons associés.

En jaunâtre et clair, la partie nécrosée du cep
En jaunâtre et clair, la partie nécrosée du cep

L'esca est invisible, mais ses effets sont spectaculaires. Le parasite pénètre dans le bois, qu'il nécrose de l'intérieur. C'est généralement en été que survient le phénomène : on appelle çà "l'apoplexie" de la vigne. Les feuilles rougissent et en deux heures, le cep se flétrit et se déssèche. Il finit par mourir d'une sorte de crise cardiaque. Il faudra tout bonnement l'arracher, pour le remplacer. Les bordelais connaissent la chanson.

L'esca dans le bordelais
Intervenants : Francis Courcelle, vigneron propriétaire Château Thieuley, Pascal Lecomte chercheur INRA, Massimo Giudici, maître-tailleur Equipe : O.Poncelet, N.Salem

Michel Quenard, Président du Syndicat des Vins de Savoie, demande à l'Etat de mieux soutenir financièrement la recherche pour enfin trouver une parade contre l'esca. Plus de 4 millions d'euros sont déjà alloués au Plan National de Dépérissement du Vignoble, dont un tiers pris en charge par l'Etat.

L'esca sévit aussi en Savoie
Intervenants : Philippe Betemps Viticulteur producteur de vins de Savoie, Michel Quenard Viticulteur, président du Syndicat régional des Vins de Savoie Equipe : C.Aubert, D.Albrand, A.Danérol, G.Neyret, S.Liégard


Depuis 10 ans, l'esca progresse partout en Europe. Malgré des méthodes de taille plus adaptée comme sur les vignobles du célèbre Chignin, le taux de mortalité ne semble pas faiblir. 

Début février une assemblée générale des viticulteurs se tiendra en Savoie sur les maladies du bois et leurs possibles traitements.




Sur le même sujet

Les + Lus